Portrait d’Olga dans un fauteuil – Pablo Picasso

Portrait dOlga dans un fauteuil   Pablo Picasso

Olga Khokhlova est ce mince fil qui reliait le grand Picasso à la Russie. Picasso a rencontré la ballerine russe lorsqu’il a peint les décors des célèbres “saisons russes” de S. Diaghilev. L’affection pour la beauté russe était si forte que l’artiste, sans hésitation, la conduisit dans l’allée.

“Portrait d’Olga sur la chaise” est considéré comme le point de départ de la courte période classique de l’œuvre de Picasso. Style réaliste, précision et élégance de l’image, ressemblance avec un portrait – c’est ce que le public ne s’attendait

plus à voir après les audacieuses “filles d’Avignon” et d’autres œuvres dans le style du cubisme.

L’œuvre bouleversera les spectateurs patriotiques – il n’y a rien de russe dans le portrait sauf le personnage principal. Au contraire, nous pouvons noter la saveur espagnole langoureuse – un éventail dans les mains, de grandes fleurs sur le rembourrage de la chaise. Cependant, un regard profond mystérieux, une posture fière, une peau aristocratique blanche, non, non, et mène même à la pensée d’une mystérieuse âme russe.

Le jeu des volumes dans l’œuvre est curieux – la figure d’Olga en volume réel est “superposée” sur un fond plat, et il semble que l’héroïne semble planer dans l’espace.

Picasso a peint le célèbre portrait de sa femme à partir d’une photographie, qui se trouve aujourd’hui au musée Picasso de Paris. Il est très curieux de comparer ces deux artefacts, car il est possible de suivre avec précision la similitude de l’original et de l’image, et en réalité d’observer comment le maître a transformé l’espace réel à l’aide d’un langage artistique.

La manière classique du portrait s’explique également par le fait qu’Olga Khokhlova n’a reconnu aucune expérience artistique et esthétique du cubisme – elle voulait que ses images aient des similitudes avec les portraits.

De nombreux contemporains se souviennent que dans la vie, la ballerine n’était pas si belle, spiritualisée et intelligente, cependant, Picasso, qui regardait Olga avec des yeux amoureux, embellissait très probablement inconsciemment sa future épouse dans des toiles, invitant le spectateur à la voir choisie par le prisme de ses sentiments.

Ainsi, dans le portrait, elle a l’air mystérieusement, fièrement et quelque part inaccessible. Malheureusement, le mariage de Picasso avec Olga n’a pas duré, et après 10 ans, l’image d’une nouvelle muse a commencé à apparaître dans ses peintures, bien que officiellement Madame Picasso ait cessé de l’être beaucoup plus tard.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)