Jacqueline Rock – Pablo Picasso

Jacqueline Rock   Pablo Picasso

De nombreuses légendes parlent des intérêts amoureux de Pablo Picasso, et il est déjà très difficile de distinguer la vérité de la fiction et d’évaluer de façon réaliste l’une ou l’autre des actions du grand artiste. L’une des affections les plus fortes a été la dernière compagne de Picasso – Jacqueline Rock, une muse reconnaissante et une épouse dévouée. Le maître a consacré plus d’une toile à cette femme étonnante, de style et de style différents.

Lorsque Pablo Picasso a rencontré Jacqueline au cours de son parcours de vie, il y avait déjà de nombreux attachements émotionnels

derrière lui et un mariage infructueux avec la beauté russe Olga Khokhlova. Malgré l’énorme différence d’âge et Jacqueline avait quarante-cinq ans de moins que Picasso, leur relation était très fidèle et belle. Bientôt, elle deviendra sa deuxième et dernière épouse, et l’appellera Monsignor ou son Dieu.

Picasso a remarqué à plusieurs reprises qu’il était attiré par Jacqueline par un profil inhabituel qui lui rappelait le sphinx.

Le portrait présenté est encore assez réaliste, en comparaison avec les portraits suivants, par exemple, “Jacqueline avec des fleurs”.

Toujours dans les portraits de Jacqueline, on peut noter la rare beauté des yeux d’une forme en amande et d’un visage allongé sophistiqué. Ce portrait brille de tendresse et d’amour. Les yeux de la femme sont fidèles et doux, mais pas sans dignité.

Une chose inhabituelle, mais, en général, la couleur “froide”, avec une prédominance de tons gris, noirs et bleus, qui soulignent particulièrement la blancheur du visage, ne rend pas du tout l’image sombre ou morne. Elle a un charme extrême, comme si nous voyions cette femme au clair de lune ou au crépuscule mystérieux.

En regardant le portrait de la femme de Picasso, vous ne doutez pas de la beauté exceptionnelle de Madame Picasso – des sourcils brillants, une silhouette sophistiquée, de grands yeux sombres. De plus, Jacqueline avait un esprit extraordinaire et se consacrait entièrement au grand Picasso.

Lorsque le grand maître était presque aveugle, elle s’occupait de lui et après la mort, elle devenait presque folle de chagrin. C’est sur ses épaules fragiles que le souci de préserver et d’éliminer l’énorme héritage créatif de Picasso est tombé. Elle a porté ces préoccupations avec honneur, organisé des expositions. A la veille de l’un des plus ambitieux, qui devait avoir lieu à Madrid, elle s’est suicidée en se tirant une balle dans le cœur. Elle a survécu à son grand et bien-aimé mari, qu’elle a idolâtré pendant seulement 13 ans.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)