Paysage – Paul Gauguin

Paysage   Paul Gauguin

Comme une assiette de fruits, la toile de Paul Gauguin est apparue devant le spectateur. Les environs d’Arles, une petite ville de Provence, ont été à jamais gelés par une tache lumineuse et contrastée de couleurs pures d’abricot, de pomme verte et de prune mûre. Arles! Combien de paysages l’auteur a dédiés à ce lieu. L’année 1888, une période merveilleuse et touchante de la vie de Gauguin dans une province du sud de la France, devient très hétéroclite et automnale.

Le paysage proposé est l’un des nombreux récits de la peinture paisible de l’artiste. Il a une technique calme, pas

fluide, mais originale, riche et contrastée. Pour certains, l’image semblera stylisée et sommaire. Il en est ainsi, mais ce n’est pas un hommage à l’attitude de Gauguin lui-même, mais plutôt une mode pour les humeurs rebelles dans l’art du XIXe siècle avec le nom complexe de “post-impressionnisme”.

Le paysage des champs est similaire à de nombreuses œuvres de cette période. C’est simple et compréhensible, bien que les critiques de l’époque aient été beaucoup dupés par la technique d’écriture. Mais, malgré la lettre primitive avec la disposition conditionnelle des objets, comme dans l’esquisse, l’idée de travail est compréhensible. Telle est la nature. Dans l’imbrication étroite des éléments végétaux et la présence de l’homme, dans l’image il y avait une place pour un objet architectural. Cela contraste avec le plan général non seulement avec le calme de la palette, mais aussi avec les lignes droites et leur netteté.

La disposition des éléments du paysage est telle que chacun des plans a droit à une existence indépendante – que ce soit une trinité de gens silencieux, ou un dôme sur une colline au loin avec une épinette, ou un arbre massif avec une couronne à droite. Dans l’image, vous pouvez écrire des histoires prises séparément, dispersées, comme l’intrigue elle-même.

Cependant, vous devez faire attention à la palette de couleurs. Il est si écoeurant qu’il ressemble à une corbeille de fruits ou de bonbons, si vous le souhaitez. La vie de couleurs opposées, comme base du mouvement impressionniste, se prête parfaitement au pinceau de Gauguin. Il s’agit d’une “caractéristique” très rentable de la tendance qui a fait l’objet de nombreuses critiques. Vous pouvez faire de simples taches de couronnes dessinées schématiquement et de l’herbe jouer avec le contraste uniquement, approfondir l’ombre avec un spectre de couleurs froides en combinaison avec des couleurs chaudes et pures.

Par la direction des traits, le choix d’une brosse, il est possible de diversifier divers détails, par exemple les branches de pin et de bouleau. Paul Gauguin a proposé une toile accrocheuse avec un récit simple d’une ville française dans une couleur douce basée sur l’automne rouge.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)