Tahitienne avec fleur – Paul Gauguin

Tahitienne avec fleur   Paul Gauguin

Carlsberg Glyptotek, Copenhague. “… Gauguin a de nouveau pris des pinceaux et des crayons. Non sans difficulté.” Dans un nouvel endroit, il m’est toujours difficile de mettre la voiture en mouvement. “Et en fait, il lui manquait l’essentiel – la compréhension du peuple maori qui le regardait, plus ou moins l’évitant, et les relations avec lesquelles Gauguin s’établit très lentement. Il était aussi gêné par le paysage baigné de lumière avec ses couleurs vives et flashy. Ils “aveuglèrent” Gauguin, il n’osa pas les transférer sous leur forme originale sur la

toile.

Une fois, l’un des voisins a osé entrer dans la cabane de Gauguin pour regarder les peintures accrochées aux murs – il s’agissait de reproductions des peintures de Mane, de primitifs italiens et d’artistes japonais, que Gauguin a accroché à côté des photographies de Metta et des enfants. Il a profité de cette visite pour esquisser le portrait d’une femme tahitienne. Mais elle grimaça, dit “ayta!” et a disparu, mais est rapidement revenue – elle est partie pour s’habiller dans une robe élégante et coller une fleur dans ses cheveux. La femme a accepté de poser pour l’artiste.

Enfin, Gauguin a eu l’occasion d’étudier le visage maori. Il peint la femme tahitienne avec une telle passion qu’il le reconnaît lui-même: écrire un tel portrait pour lui équivaut à une “possession physique”. “J’ai mis dans ce portrait tout ce que mon cœur a permis à mes yeux de voir, et en particulier, probablement, quelque chose que mes yeux n’ont pas vu.” Désormais, il sera plus facile pour Gauguin de travailler. Ayant peint ce portrait, il se sentait comme un Maori.. “

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)