Idylle à Tahiti – Paul Gauguin

Idylle à Tahiti   Paul Gauguin

La composition de genre “Idylle à Tahiti” a été écrite en 1901 par le post-impressionniste Paul Gauguin. Le tableau a été créé environ deux ans avant la mort de l’artiste lors de son dernier déménagement aux Îles. Elle entre dans la collection de peintures de la période tahitienne et représente un morceau de la vie tahitienne non pas de l’auteur lui-même, mais du peuple indigène.

Comme si en contexte, le moment de la promenade des insulaires à travers le sable rouge est arraché. L’artiste a transmis le paysage du soir dans des couleurs ocre-violettes. Il a doté sa toile d’un certain

arrière-goût agréable d’herbe sèche recouvrant les toits du gazebo et le sel des eaux côtières. L’incorporation dans l’intrigue d’un voilier semble ridicule, mais elle ne devient pas importante après la visualisation.

En général, un “invité” exotique ne détourne pas l’attention du but de l’image et de son histoire. Et l’histoire de l’image est la suivante. C’est une journée ordinaire, calme, comme hier. Une femme avec une fille erre pieds nus sur le sol chaud, remuant les pieds avec des grains de sable avec de petites pierres. Sur le bord de son épaule fragile repose un long bâton avec un paquet. C’est, comme dans un conte de fées, tu te souviens du petit chaperon rouge? Le paysage, qui est réparti en raison du climat, reste inchangé pendant de nombreux mois. Par conséquent, une femme sait que demain tout sera pareil, tout sera paisible et bon. La soi-disant “idylle” s’installe dans ce lieu douillet.

Gauguin a écrit son “idylle” dans des couleurs chaudes, pourrait-on dire, avec une palette d’automne. C’est délicieux, juteux et un peu tricoté – car l’artiste a pris beaucoup de notes de grenade. Quant à la technique elle-même, l’auteur a écrit facilement, au moins les peintures ne se chevauchent pas et le revêtement à l’huile est presque transparent. Le débordement d’une couleur dans une autre peinture ressemble légèrement à une aquarelle. On peut voir que la brosse glissait en douceur et ne laissait pas place à des coups individuels, sauf, peut-être, dans la zone d’herbe et de toits de la tonnelle. C’est une belle histoire, une belle lettre, une histoire instructive de la vie de lointains Tahitiens.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)