Plus jamais – Paul Gauguin

Plus jamais   Paul Gauguin

Février 1897 fut rempli de travail productif pour Gauguin. Immergé dans la créativité d’une île exotique, le peintre envoie régulièrement ses œuvres achevées sur le continent à travers le croiseur “Duget-Truen” et le docteur du navire Guise. Connaissant une esthétique complètement différente sur l’île, Gauguin a non seulement absorbé de nouvelles normes, mais a également cherché à familiariser les Européens avec cette beauté sauvage de Tahiti et de ses habitants.

Et puis le croiseur se prépare à rentrer chez lui, et Gauguin n’a pas le temps de finir la toile. Ayant fermé à la maison,

travaillant pendant des heures, il complète le tableau – le maître, par tous les moyens, voulait envoyer un nouveau portrait d’un Tahitien nu avec ce vol.

Le tableau, que le peintre était si pressé de terminer, s’appelait “Never Again”.

Sur un lit riche se trouve une jeune fille nue. À l’arrière-plan, l’artiste a représenté deux personnes dans une porte qui parlent avec animation de quelque chose. Les murs ornés ne révèlent pas immédiatement un corbeau assis sur une fenêtre. Dans le coin de l’œuvre est visible une inscription en anglais – Never More, qui signifie “Plus jamais ça”.

Certains érudits considèrent cette inscription et l’oiseau noir comme une référence à l’œuvre la plus célèbre d’Edgar Allan Poe, The Raven. En effet, dans le poème, il y a une telle ligne où le corbeau prononce une phrase qui correspond au nom de l’image.

Pour mettre en œuvre l’intrigue, le peintre a choisi des tons sombres qui créent de l’anxiété et une sorte de vigilance. De tels sentiments sont lus sur le visage de l’héroïne – elle écoute la conversation avec enthousiasme, espionnant furtivement l’oiseau ou les gens qui conversent.

L’incarnation technique correspond au style habituel du maître – traits épais, couleurs expressives, lignes nettes.

On peut discuter longtemps de la signification profonde de cette image, ce que font de nombreux historiens de l’art et chercheurs de Paul Gauguin. Cependant, le capitaine lui-même a affirmé que la chose la plus précieuse dans le travail était qu’il n’était pas pleinement exprimé. C’est pourquoi toute image de Gauguin, en particulier son travail de la période tahitienne avec des noms de programme, peut avoir plus d’une douzaine d’interprétations différentes.

Aujourd’hui, grâce aux rayons X, on sait avec certitude que le tableau “Never Again” a été peint sur une autre photo.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)