Scènes de la vie tahitienne – Paul Gauguin

Scènes de la vie tahitienne   Paul Gauguin

La deuxième période tahitienne de Gauguin est devenue très fructueuse. La collection de l’auteur est apparue de nombreuses œuvres chaudes, pleines de vie et positives – les pastorales tahitiennes. “La scène de la vie tahitienne” est une œuvre sur le thème de laquelle les historiens de l’art se rapportent au genre mythologique. Il est difficile pour un homme moyen de juger de la fabulosité de ce complot, en raison de l’ignorance des mythes des faits historiques de l’Océanie. Parfois, ce n’est pas du tout nécessaire. En effet, le but de la peinture ne doit pas toujours avoir un sous-texte

spécifique. Il suffit d’écrire une belle toile et elle deviendra populaire.

Cependant, le thème de l’image présentée reflète l’originalité des insulaires, en particulier leur comportement, leurs vêtements et aussi le paysage de la nature nocturne. Contrairement à de nombreuses peintures de cette période, celle-ci se distingue par une certaine confusion de ce qui se passe, une palette sombre et une anxiété. “Scene” est exécuté dans la technique de l’écriture sèche et ressemble à une fresque avec une écriture sèche. Les bords sont écrasés à un point tel que la texture de la toile sort, exposant le motif de tissage des fils. La tache lilas en arrière-plan semble étrange, pourrait-on dire, superflue.

Cela suggère l’idée que Gauguin a simplement peint sur la zone non réussie. Un personnage est apparu dans l’œuvre – un homme, déjà remarquable. Son torse est penché en avant, comme si le héros s’apprêtait à courir. L’intrigue est troublante dans son humeur, à la fois des observateurs extérieurs et un cavalier sur un cheval cabré sont impliqués ici, même le chien au premier plan avec tension attend quelque chose de terrible de la nature sauvage de la nuit. Le fait que Gauguin dépeigne la nuit est indiqué par le bleu du ciel – terne, saturé et dense. Un ciel sans lune est suspendu avec un avion lourd au-dessus de héros sans défense. Soit dit en passant, la dispersion des personnes sur la toile introduit un déséquilibre dans la composition.

Il n’y a pas de détails unificateurs ici, l’auteur a perdu de vue quelque chose, déchirant l’intrigue en scènes distinctes. Dans cette image, il y a une autre nuance caractéristique de la peinture de Gauguin – un affichage planaire de détails apparemment volumineux, ainsi que l’absence d’ombres que les personnages devraient projeter. Une telle omission des techniques de peinture donne à l’image un caractère de petite ville. Cependant, c’est le style d’écriture de Gauguin, il est deviné et caractérise son identité.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)