Route d’Arly – Paul Gauguin

Route dArly   Paul Gauguin

L’œuvre de Paul Gauguin “Road” – une toile saturée de peintures et de jus de couleur pure. Il est écrit dans le sens traditionnel du post-impressionnisme, vénéré par l’auteur, comme moyen d’expression de soi et de narration de la beauté profonde de la réalité. Ceci est un paysage. L’endroit auquel le tableau est dédié est un endroit confortable et pittoresque du sud de la France. Une petite ville de Provence était un hôte fréquent des peintures de l’auteur juste en 1888, lorsque Paul a trouvé un refuge temporaire à Van Gogh. Auburn à l’herbe encore verte mais aux arbres

dépérissants, Arles se figea de couleurs pures sur la toile de Gauguin.

La petite rue étroite avec la construction du XVIIIe siècle est peinte avec le contour des murs, des toits des maisons et des troncs. L’illustration de la vie tranquille de la ville est faite de points chauds et contrastés. Paul n’a pas lésiné sur une couleur pure juteuse. Ici, et la couronne orange, et la terre rouge-terre cuite, apparemment couverte de feuilles tombées. Un coin calme avec une sécheresse sèche et croquante se couchait dans une belle disposition. L’abondance de l’espace routier au premier plan est contrebalancée par un mélange de murs en pierre, une danse de la chute des feuilles et des branches d’une image lointaine. Le paysage a été peint à partir de la nature, mais contrairement au réalisme classique, le travail est similaire au schéma des objets et des taches de couleur.

Il s’agit d’une nouvelle interprétation de la nature, et en fait de scènes de tous les jours, particulière, tout de même, au Gauguin postimpressionniste. Dans un effort pour transmettre le charme de la réalité environnante – un confortable Arles avec ses secrets – l’artiste a recouru à de nouveaux principes simples et gagnant-gagnant de la technique d’écriture et de la stylisation de l’original. Sur la base des lois de l’usage impressionniste de la couleur et de son contraste, Gauguin a fait “jouer” différents avions avec des couleurs plus riches, élégantes mais pures “en son”. Malgré l’image plus ou moins primitive, l’œuvre ne semble pas être une application.

La dynamique des coups dans une direction donnée crée l’illusion du vent et le souffle de la nature. Gauguin se caractérise par une écriture sèche sans traits gras. Il atteint le volume avec un jeu de lumière et d’ombre, comme ici – une transition d’un point lumineux jaune à un rougeâtre juteux sur la route, d’une ombre froide sur un mur avec une porte en bois à une couleur vanille claire un peu plus élevée, une combinaison de jouer des taches grises et blanches sur les troncs. Gogenovsky Arles – un travail confortable. Une courte section de la route enflammée emmène le spectateur à l’automne français sec, quelque part lumineux, quelque part humide et triste, comme dans la chanson d’Yves Montana avec “Falling Leaves, Soaring Outside the Window…”.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)