Portrait d’un berger de Provence Escalier Solitaire – Vincent van Gogh

Portrait dun berger de Provence Escalier Solitaire   Vincent van Gogh

La période fructueuse d’Arlesky de l’artiste est marquée par un travail aussi remarquable que le Portrait d’Escalier Solitaire, qui représente un tournant dans le travail de l’artiste. Meyer Shapiro écrit à propos de cette image comme suit: … J’appellerais même la toile le dernier portrait réaliste d’un paysan, exécuté dans les traditions des beaux-arts d’Europe occidentale. Il est possible que ce soit généralement le seul portrait exceptionnel d’un villageois. Dans un sens, ce travail incorpore les meilleures manifestations de l’énorme variété des œuvres de Van Gogh.

Vincent

n’a jamais cessé de ressentir une parenté spirituelle avec un simple ouvrier. Cela est clairement mis en évidence par nombre de ses peintures et croquis Nuenen, ainsi que par des copies des œuvres de Jean François Millet, exécutées par lui, qui, à son tour, a également choisi avec plaisir les paysans comme sujets. Le choix est tombé sur l’Escalier Solitaire pas par hasard: tout au long de sa carrière artistique, Van Gogh a eu une affection sincère pour une vraie race paysanne. Et pourtant, si nous parlons du style de l’artiste, cette image indique un changement brusque des tendances dans le travail de l’auteur depuis l’époque de Nuenen et, de plus, elle est radicalement différente des œuvres écrites par Van Gogh quelques mois auparavant. Portrait d’Escalier Solitaire est à bien des égards un tournant dans la carrière créative de Van Gogh. Dans une lettre à Theo, Van Gogh parle de son travail comme suit: “…

Vincent parle de ce tableau à son frère dans sa lettre et, ce qui est significatif, il souligne surtout que sa vision de la peinture revient progressivement à la période antérieure à son arrivée à Paris. Pendant les deux années que Vincent a vécu avec son frère à Paris, il a rencontré un grand nombre d’artistes exceptionnels de l’époque: Gauguin, Lautrec, Pissarro et Sierra – ce ne sont que quelques-uns d’entre eux. Le style de ces auteurs et leurs idées fraîches atypiques ont influencé la formation de la technique individuelle de la peinture de Vincent. Et pourtant, il convient de noter ce qui suit: dans la lettre 520, Van Gogh lui-même dit qu’il revient à son approche antérieure de l’art et, en même temps, va au-delà de ce qu’il a pu apprendre des impressionnistes.

Van Gogh évolue, acquérant un nouveau style unique, si attractif et propre à lui seul. Vincent expérimente hardiment et non conventionnellement la couleur sur la toile Portrait d’Escalier Solitaire. Dans une lettre à Emil Bernard, Vincent dit: “Encore une fois, la palette de couleurs de l’image suggère la chaleur de midi, qui se produit au milieu de l’été. Sans ces couleurs, l’image aurait été complètement différente.” Jan Hulsker écrit: Bien que le portrait d’Escalier Solitaire soit sans aucun doute une image lumineuse exceptionnelle et surprenante, il ne crée pas pleinement l’impression de chaleur et de lumière du soleil éblouissante qu’implique la description de Vincent. L’effet le plus puissant n’est pas créé par les nuances rouges et oranges du visage du berger, mais plutôt grâce au chapeau de paille jaune vif contre un ciel bleu foncé.

Et seulement quelques semaines plus tard, lorsque le vieux paysan a accepté de poser pour un deuxième portrait, Vincent a vraiment réussi à réaliser “l’exagération” voulue. Alors que Hulsker avait parfaitement raison d’affirmer que Van Gogh avait le mieux réussi à traduire ses plans dans le deuxième portrait, le premier portrait, néanmoins, est l’une des peintures les plus importantes parmi toutes celles peintes par l’artiste.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)