Déshabiller le Christ (Espolio) – El Greco

Déshabiller le Christ (Espolio)   El Greco

Peinture dramatique de l’artiste espagnol El Greco “Retirer les vêtements du Christ”. Il capture le moment où, avant l’exécution, les soldats arrachent les vêtements du Christ. Cette intrigue était extrêmement rare à cette époque, car les artistes représentaient le plus souvent les sujets “Prendre le Christ en garde à vue”, “Couronner avec une couronne d’épines” et “La flagellation du Christ”. Fait intéressant, ce motif n’est indiqué ici que par le geste d’un des soldats touchant la tunique du Christ avec sa main.

El Greco se concentre principalement

sur la représentation du sentiment tragique général de la mort inévitable du Christ. Les gens réagissent différemment à ce qui se passe. À gauche du Christ se trouve la figure d’un guerrier maussade qui, au moment de la mort de Jésus, s’est exclamé: “Vraiment, ce Fils de Dieu était ceci!” La foule qui remplit la partie supérieure de la composition est submergée par les passions de base. Des personnages sortent de la pénombre avec des mouvements aveugles de lances, des reflets de casques métalliques. Parmi eux, deux voleurs entourés d’une foule curieuse. Sur leurs visages déformés par la douleur et la douleur – l’horreur et le désespoir.

Dans le contexte de cette foule excitée et anxieuse, le visage souffrant et exalté du Christ, face au ciel, se détache. C’est peut-être l’une des images les plus mémorables et spirituelles du Christ dans les œuvres d’El Greco. Sans aucun doute, devant nous est l’image d’un homme parfait. Mais son sort est prédéterminé à l’avance: à proximité se trouvent des chefs militaires en armure brillante et des soldats, prêts à tout moment à arracher l’écarlate du Christ. Regardez son expression stupide sur son visage, ses mains fortes et musclées, et vous comprendrez qu’il n’est qu’un interprète passif de la volonté de quelqu’un d’autre.

Au premier plan à gauche, la Vierge Marie en robe bleue et deux femmes qui l’accompagnent. Ils regardent avec horreur les bourreaux, qui frappent une croix pour exécution. Ne voyant pas qu’ils vont arracher les vêtements du Christ, ils regardent, ensorcelés, l’instrument de l’exécution future, le travail mécanique du soldat qui prépare la croix pour la crucifixion. La belle blonde Marie-Madeleine essaie d’éloigner la Mère de Dieu de ce spectacle terrible. Tous les sentiments et les pensées d’une femme sont tournés vers l’avenir, qui deviendra très bientôt un présent tragique – le martyre du Christ.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)