L’adoration du nom du Christ – El Greco

Ladoration du nom du Christ   El Greco

Après le succès d’Espolio, ayant trouvé famille, amis et mécènes à Tolède, El Greco a pu continuer à travailler tranquillement dans cette ville. Cependant, le rêve d’obtenir une commande chez Escorial lui promettait un avenir différent, plus complexe et brillant. L’artiste savait probablement que le domaine d’activité de l’ancienne capitale espagnole est trop étroit pour ses capacités. Son espoir est devenu plus fort quand il a écrit L’Adoration du Nom du Christ.

Une grande action mystique est représentée, dont tous les participants – parmi lesquels l’empereur Charles

V et le roi Philippe II – adorent le nom du Christ, qui apparaît dans le ciel à la lueur des nuages ​​et entouré d’anges en plein essor. L’anagramme de Jésus capturé ici a servi de symbole de l’ordre des Jésuites. Cependant, El Greco a le moins pensé à la glorification de cet ordre, dont il ressentait assez l’influence en Italie et encore plus fortement en Espagne. Il cherchait avant tout à plaire au roi. Il n’a plus jamais peint un personnage aussi officiel.

À la recherche de solutions créatives, les yeux du maître se tournèrent à nouveau vers l’Italie. Peut-être qu’El Greco s’est souvenu des impressions de l’art du Tintoret, le créateur d’immenses scènes de masse, imprégné de l’unité de l’expérience de nombreuses personnes. En travaillant sur “l’adoration du nom du Christ”, où les images du ciel, de la terre et de l’enfer se combinent dans un espace irrationnel, El Greco s’est également souvenu de Michel-Ange. L’écho du Jugement dernier se fait sentir à l’image des corps musclés nus des pécheurs – un flux humain sans fin qui est absorbé par les énormes mâchoires d’un monstre symbolisant l’enfer. Comme un rappel alarmant du jour à venir des représailles, un plan fantomatique distant de l’image est apparu.

Cependant, ces gros problèmes qui préoccupaient El Greco dans cette peinture n’ont pas trouvé ici une incarnation artistique digne. Il y avait une forte contradiction entre l’image de l’image grandiose du monde fantastique d’un autre monde et la petite échelle, presque en chambre, de l’image. L’essence de cette contradiction n’était pas tant dans la taille de la toile, mais dans le fait que le maître ne pouvait pas le saturer avec un sens de la monumentalité. L’image semble fractionnée, mesquine, chargée de nombreux détails, écrite sèchement, elle contient ici un divertissement étrange et injustifiable.

Le désir d’El Greco à un degré ou à un autre de suivre la tradition se ressent dans toute la fine structure de l’image. Un certain nombre de techniques réussies pour représenter deux courants spatiaux, de riches nuances de ton rouge et certains détails ne peuvent pas combler les sensations de sa faiblesse artistique générale. Maintenant que les goûts de l’époque ont reculé dans un passé lointain, lorsque les caprices et les opinions du roi Philippe II ont un intérêt secondaire dans l’histoire de la peinture, l’échec créatif qui a frappé El Greco est évident.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)