Valentina Milan – François Richard

Valentina Milan   François Richard

La peinture de Fleury Richard, Valentina de Milan, est écrite sur une intrigue historique et représente Valentina de Milan, pleurant la mort de son mari, le duc d’Orléans, qui a été tué par le duc de Bourgogne en 1407. L’œuvre a été réalisée par le représentant de l’école lyonnaise Fleury Richard, élève de Louis David.

L’œuvre fut exposée au Salon de 1802 et fut un grand succès. Parmi les contemporains qui ont fait l’éloge de la peinture, il faut tout d’abord nommer David, qui a noté l’habileté de l’artiste à transmettre la lumière. “Valentina Milanskaya”

a été perçue par les critiques comme le manifeste d’un nouveau mouvement, qui a plus tard reçu le nom de peinture “troubadour”.

Le terme, emprunté à la poésie médiévale, désignait le thème principal des maîtres de cette direction. C’était comme s’ils traduisaient la poésie de la “belle dame” dans le langage de la peinture, représentant également des chevaliers français et des poètes troubadours. Avec Fleury Richard, Pierre Revouil, Jean-Antoine Laurent, François Marius Granet et bien d’autres appartenaient à ce courant. Leur peinture est considérée dans la littérature comme un genre “d’anecdote historique” et en même temps comme un signe avant-coureur du romantisme. Fleury Richard a été très impressionné par la pierre tombale de Valentina de Milan, qu’il a vue au Musée des Monuments français à Paris, et a été frappé par la devise de Valentina de Milan, battue sur la tombe: “Rien n’existe plus pour moi, / je ne suis moi-même personne.” Dans son travail, Richard a reproduit cette devise sur un rouleau, allongé sur la table et correspondant au triste état de l’héroïne. Elle pleura la mort de son mari pendant un an puis, en 1408, elle mourut. À côté de la veuve se trouve un chien, qui subit également la perte de son propriétaire.

Dans la partie supérieure de la fenêtre, deux lys sont visibles sur les côtés – et le serpent bleu dont Valentina Milanskaya est originaire). Morin, le premier propriétaire de la photo, a commandé à Fleury Richard une paire de sa composition – “Charles VII écrit des poèmes d’adieu à Agnese Sorel.” En 1805, “Valentina de Milan” a été acquise par l’impératrice Joséphine. En 1814, le tableau a été hérité par Eugène Beauharnais, duc de Leuchtenberg, prince Eichstatt; puis – son fils Maximilien, qui en 1839 épousa la fille de Nicolas I. En 1839 ou 1853, Valentina de Milan, avec une collection des ducs de Leuchtenberg, se retrouva en Russie. La dernière mention de son séjour en Russie figure dans le catalogue de 1904 de l’exposition rétrospective des artistes lyonnais.

Les informations les plus détaillées sur l’œuvre sont données dans l’ouvrage “Le style du troubadour en peinture” M.-K. Chadonre, qui considérait la peinture de Richard comme manquante, se référant à l’avis de l’ancien conservateur de la peinture française de l’Hermitage V. N. Berezina, qui pensait que beaucoup de choses de la collection Leuchtenberg étaient vendues à des collections étrangères avant la révolution de 1917. Comme il s’avère maintenant, loin de toutes les peintures de Leuchtenberg, qui étaient considérées comme manquantes, sont allées à l’étranger. En particulier, deux œuvres de Fleury Richard – “Valentina de Milan” et “Charles VII écrit des vers à Agnès Sorel” – sont toujours en Russie. En 1998, “Valentina Milan” était temporairement au Musée d’État des Beaux-Arts. A. S. Pouchkine, et en 1999 a été offert à l’Hermitage pour achat.

L’œuvre comporte des inscriptions et des autocollants au dos, confirmant son origine dans la collection des ducs de Leuchtenberg. L’attribution appartient à A. A. Babin, Ph. D. en histoire de l’art, chercheur de premier plan au State Hermitage Museum. Pour l’Hermitage d’État, Valentina Milanskaya présente un intérêt particulier, car Fleury Richard n’était pas auparavant représentée dans la collection de l’Hermitage, et la peinture elle-même est liée à l’histoire du musée et à la collection d’Eugene Bogarne, dont proviennent de nombreuses expositions du musée. Dans le cadre du célèbre service de la Malmaison, désormais stocké à l’Hermitage, il existe une plaque à l’image de ce tableau.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)