Madone devant la coupe avec la Sainte-Cène – Jean Auguste Dominic Ingres

Madone devant la coupe avec la Sainte Cène   Jean Auguste Dominic Ingres

Le peintre français Jean Auguste Dominique Ingres est né à Montauban. Il a étudié sous J. Roger, G. Wigan, J. P. Briand à Toulouse et sous J.-L. David à Paris. Sa biographie créative est liée non seulement à la France, pendant les périodes de 1806 à 1820 et de 1834 à 1841, il a travaillé dans la “ville éternelle” de Rome, et de 1820 à 1824 – à Florence. En Italie, Ingres avec un zèle particulier étudie l’art de la Renaissance, admire le travail de Raphaël. Apparemment, c’est cette fascination pour la Renaissance qui a eu une telle influence sur son propre travail. De nombreuses peintures

de l’artiste, en particulier au début, se distinguent par l’harmonie classique de la composition, le sens subtil de la couleur, le motif flexible et expressif.

L’œuvre “Ambassadeurs d’Achille d’Achille”, pour laquelle Ingres a reçu le “Grand Prix de Rota”, indique qu’il maîtrise parfaitement le système classique: la composition est strictement logique, les figures ressemblent à un bas-relief antique, la palette de couleurs est subordonnée au dessin. Cependant, déjà dans “Autoportrait à l’âge de 24 ans”, les principes de base du propre portrait d’Ingres sont clairement visibles: une personnalité de caractère vivante, une forme parfaite, un laconicisme de détails soigneusement pensés et sélectionnés.

Ingres était le plus grand portraitiste. Ses œuvres sont marquées par la précision des observations, la véracité de l’image des caractéristiques psychologiques. Dans les années 1834-1841. Ingres a été directeur de l’Académie française de Rome et, tout au long de sa vie créative, il a été le chef du mouvement de l’art classique officiellement reconnu. L’auteur de compositions historiques, littéraires et mythologiques a agi comme un gardien convaincu de l’inviolabilité de l’idéal académique, de ses vraies valeurs, loin des soucis transitoires de la vie avec ses drames de modernité.

Le principal antipode inconciliable d’Ingres parmi ses contemporains était Delacroix. Des artistes brillants sous différents angles se sont opposés et ont séparé leur travail de l’atmosphère d’art hostile du pouvoir officiel et de la petite prose de la vie.

“Madonna devant la coupe avec la Sainte-Cène”, l’une des œuvres les plus célèbres de l’artiste, est conservée au Musée d’État des Beaux-Arts. A. S. Pouchkine à Moscou. Cette image est un excellent exemple de l’académisme orthodoxe et du plus haut niveau professionnel. Le tableau a été commandé par Ingru par le futur empereur russe Alexandre II et a ensuite été inclus dans les collections impériales. Il est possible que le style froid du portrait et la construction d’images, conçus pour combiner mécaniquement les schémas iconographiques orthodoxes russes et catholiques européens, soient expliqués par l’ordre officiel. En tout cas, la pose hiératique figée et les traits réguliers de Raphaël du visage de la Madone résonnent avec l’iconographie catholique. La langue pittoresque d’Ingres au milieu du XIXe siècle impressionne par sa parfaite précision et la constructivité de l’image,

Engra a également brillamment réussi dans les portraits au crayon. Dans cette technique, il crée le magnifique “Portrait de Paganini”, portraits de groupe de la famille du consul de France à Civita Vec-kio Samati, la famille du frère de l’empereur Lucien Bonaparte. La plupart d’entre eux appartiennent au musée Ingres de Montauban. Les traditions du classicisme tardif du peintre ont grandement influencé l’art académique de l’art français. Ingres a toujours été loin de la politique et n’a pas participé aux événements de 1830 en France. Mais à cette époque, il écrit un magnifique portrait du chef de la presse politique de l’époque, le propriétaire du journal populaire Louis François Bertin l’Ancien, un vieil homme aux cheveux gris puissant avec un regard intelligent et calme de “maître de la vie et des circonstances”. Il est à noter que lorsque Bertin est apparu dans la rue, ils ont dit de lui: “Voici le portrait d’Ingres.”

L’une des œuvres les plus importantes écrites par Ingres à la fin de sa vie est La Source. Cette image d’une jeune fille tenant une cruche d’où l’eau coule est un symbole allégorique de la source éternelle de la vie.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)