Lilas – Mikhail Vrubel

Lilas   Mikhail Vrubel

Le désir de reproduire fidèlement la nature, caractéristique de la plupart des paysagistes de la seconde moitié du XIXe siècle, à Vrubel cède la place à la perception du motif naturel comme décoratif.

Vrubel, l’un des maîtres de l’Art Nouveau russe, a beaucoup travaillé dans le domaine de l’art monumental – décoratif et théâtral. La richesse du motif naturel pour lui n’était souvent qu’une excuse. Son imagination a su transformer une simple fleur ou un buisson en une extravagance fantastique de couleurs et de lignes.

La palette de couleurs préférée de l’artiste, qui

comprend toutes les nuances de bleu, du bleu au violet, combinées au rose et au vert, crée une sensation de surface variable et vacillante. Sur fond d’un buisson lumineux et fleuri, “composé” de traits de textures différentes, il y a une silhouette sombre d’une figure féminine. Ses traits faciaux ressemblent au modèle et à l’épouse bien-aimée de l’artiste, la chanteuse d’opéra N. I. Zabela, tout en rappelant les sculptures en majolique que Vrubel a faites sur la base de l’opéra Snegurochka de N. A. Rimsky-Korsakov. Une sorte de fée de lilas est une figure féminine dans l’image “Lilas”, surgissant comme si d’un groupe d’ombres sous un énorme buisson, comme si elle irradiait une flamme.

Vrubel a vu dans sa Pouchkine Tatiana. Mais la base de ce travail n’est pas tant des impressions littéraires ou d’opéra que des observations en direct de la nature. Ceci est mis en évidence par des études sur le terrain du lilas. Mais ils sont loin des études de plein air des impressionnistes, intéressés par la transmission de la lumière, de l’air, de l’espace. Ils sont ornés discrètement. L’artiste recherche la beauté décorative dans la nature.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)