Le jugement dernier – Michelangelo Buonarroti

Le jugement dernier   Michelangelo Buonarroti

Fresque de Michel-Ange Buonarroti, Le Jugement dernier. La taille du tableau est de 1370 x 1220 cm La dernière œuvre picturale de Michel-Ange du deuxième quart du XVIe siècle était Le Jugement dernier, une immense fresque murale sur le mur de l’autel de la Chapelle Sixtine. Michel-Ange incarne le thème religieux comme une tragédie humaine à l’échelle cosmique.

Une avalanche grandiose de corps humains puissants – des justes exaltés et des pécheurs jetés dans l’abîme, exécutant le jugement du Christ, comme un tonnerre, jetant une malédiction sur le mal existant dans le monde, des saints martyrs

en colère qui, pointant les instruments de leur tourment, exigent des représailles pour les pécheurs – tout cela toujours plein d’esprit rebelle. Mais bien que le thème du Jugement dernier soit destiné à incarner le triomphe de la justice sur le mal, la fresque ne porte pas une idée affirmative – au contraire, elle est perçue comme l’image d’une catastrophe tragique, comme une incarnation de l’idée de l’effondrement du monde. Les gens, malgré leurs corps exagérément puissants, ne sont que les victimes du vortex qui les monte et les renverse.

Pas étonnant que la composition contienne des images de désespoir aussi effrayantes que Saint-Barthélemy, tenant dans sa main une peau arrachée de lui par des bourreaux, sur laquelle au lieu du visage de Saint Michel-Ange dépeint son propre visage sous la forme d’un masque déformé. La solution compositionnelle de la fresque, dans laquelle, contrairement à une organisation architecturale claire, le principe élémentaire est souligné, est en harmonie avec le concept idéologique.

L’image individuelle qui dominait auparavant Michel-Ange est maintenant capturée par le courant humain général, et en cela l’artiste fait un pas en avant par rapport à l’isolement de l’image individuelle autosuffisante dans l’art de la Haute Renaissance. Mais, contrairement aux maîtres vénitiens de la fin de la Renaissance, Michel-Ange n’atteint toujours pas le degré d’interconnexion entre les personnes lorsqu’une image d’un collectif humain unique apparaît, et le son tragique des images du Jugement dernier ne fait que s’intensifier. Nouveau dans la peinture de Michel-Ange Buonarroti et l’attitude envers la couleur, qui a acquis ici est incomparablement plus grande qu’auparavant, l’activité figurative. La comparaison même des corps nus avec le ton phosphorescent bleu cendré du ciel fait de la fresque un sentiment de tension dramatique.

Au cours de la fresque “Le Jugement dernier”, l’artiste Michel-Ange a placé l’image du prophète biblique de l’Ancien Testament Jonas, qui a une relation allégorique avec le thème religieux de l’apocalypse. La figure extatique de Jonas est située au-dessus de l’autel et sous la scène du premier jour de la création, vers laquelle son regard est tourné. Jonas est le précurseur de la résurrection et de la vie éternelle, car lui, comme le Christ, qui a passé trois jours dans le tombeau avant de monter au ciel, a passé trois jours dans le ventre de la baleine, puis a été ramené à la vie. En participant à une messe sur le mur de l’autel de la Chapelle Sixtine avec la fresque grandiose “Le Jugement dernier”, les croyants ont communié dans le mystère du salut du Christ.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)