Troncs d’arbres de lierre – Vincent Van Gogh

Troncs darbres de lierre   Vincent Van Gogh

Après avoir terminé le premier traitement à l’hôpital de Saint-Rémy, Van Gogh n’était pas pressé de sortir. Les médecins n’ont pas exclu la possibilité d’une exacerbation de la maladie mentale. Mais la poursuite du séjour à l’hôpital n’a pas dérangé l’artiste, puisqu’il a été autorisé à dessiner. Van Gogh a trouvé partout un motif de créativité: dans les intérieurs de l’hôpital, dans son apparence et, bien sûr, dans le grand jardin sauvage qui l’entoure. Il était inspiré par les grands vieux arbres entrelacés de lierre et l’herbe en désordre qui

poussait sous eux.

Sur cette photo, Van Gogh s’est concentré sur la lumière du soleil. Pénétrant à travers les cimes denses des arbres, la lumière tombe sur les zones ombragées de la terre et la recouvre d’un tapis continu de taches lumineuses. L’image est peinte par des traits chaotiques dispersés qui la rendent décorative et conditionnelle.

Contrairement aux œuvres parisiennes de l’artiste, cette image est peinte presque monochrome, en utilisant des combinaisons étroites de tons froids. Les zones d’ombre sont exécutées en noir, sur elles le miroitement bleu de la pénombre se distingue à peine. Même la lumière, dont la pièce a tant charmé l’artiste, est décrite comme froide et inamicale.

Pour l’image, Van Gogh a choisi un angle de vision assez inhabituel – de bas en haut. Cette technique est appelée la “perspective grenouille”. Il est emprunté à des estampes japonaises, que Van Gogh a souvent copiées.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)