Étang dans le parc. Olshanka – Vasily Polenov

Étang dans le parc. Olshanka   Vasily Polenov

Polenov – par le fait même de sa naissance – a eu l’occasion de connaître de près les “nids nobles” du XIXe siècle. Ainsi, les voyages à Olshanka de la province de Tambov, au domaine de sa grand-mère sur sa mère V. N. Voeikova, étaient inoubliables pour lui. Vera Nikolaevna était la fille du célèbre architecte de l’époque de Catherine N. Lvov. Et pas seulement un architecte, mais un poète, un musicien, un artiste – c’est-à-dire une personne qui a participé activement à la formation de la noble culture de la Russie.

V. N. Lvova, orpheline de bonne heure, a été élevée

dans la maison de G. Derzhavin, était passionnée par l’histoire russe, connaissait parfaitement – à la suggestion de son père, collectionneur de chansons folkloriques russes, – le folklore russe. Elle avait quelque chose à dire à ses petits-enfants, elle savait jouer avec eux, V. Polenov l’aimait beaucoup. C’est ici, à Olshanka, qu’il a fait sa première tentative de création d’un paysage lyrique. En 1877, année où il s’installe à Moscou, à la veille de l’apparition d’œuvres qui lui valent une véritable renommée, Polenov peint le tableau “Un étang dans le parc. Olshanka”.

Il y a déjà une image d’un parc négligé, il y a une végétation luxuriante et luxuriante, il y a un manoir en arrière-plan. La narration ne s’obtient pas en “ravivant” le paysage par des êtres vivants, mais comme indirectement, par la juxtaposition très contrastée de la nature et la création de mains humaines.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)