Crédence – Mikalojs Čiurlionis

Crédence   Mikalojs Čiurlionis

L’origine des formes architecturales de Mikalojus Konstantinas Čiurlionis peut également être corrélée avec l’Orient et avec diverses civilisations anciennes – de la Messopotamie et de l’Égypte à l’Amérique centrale. Mais dans l’esprit de l’artiste, sa propre architecture complètement différente a également été construite, comme s’il voyait devant lui une certaine Atlantide perdue depuis longtemps et cherchait à la recréer encore et encore. L’autel représenté sur cette photo est l’une des plus belles structures de l’architecture Чiurlionis. Et contrairement

à beaucoup de ses compositions architecturales, où les tours, les forteresses, les villes sont oubliées, cet autel vit et “agit”: il est fumé par la fumée rituelle qui monte vers le ciel, qui provient du feu brûlant sur la plate-forme supérieure du majestueux autel. Sur ses surfaces est brillante,

Le spectateur regarde l’autel d’un point élevé, révélant la surface de la terre, telle qu’elle est visible depuis la fenêtre de l’avion, lorsque la terre se transforme en une carte géographique détaillée avec des rubans sinueux de rivières, une ligne claire du bord de mer et la distance de la mer remplissant tout le champ de vision, donc pour le ciel, il ne reste qu’une étroite bande. Ayant décrit l’autel comme “agissant”, l’artiste permet au spectateur de voir des détails de la vie d’une civilisation imaginaire et, apparemment, très éloignée de nous. Mais le détail, qui n’est pas immédiatement perceptible, comme c’est souvent le cas avec Čiurlionis, nécessite soudainement un rapprochement avec notre époque moderne et notre civilisation: à l’embouchure du fleuve, vous pouvez voir la brume des navires.

Ainsi, une certaine construction mythique est liée ici à la réalité du monde moderne, qui est totalement absente de l’œuvre de Čiurlionis. Par conséquent, dans le cadre de ses œuvres, Credenza est un phénomène tout à fait exceptionnel. Quiconque connaît le travail de Čiurlionis peut facilement voir que sur huit plans de l’autel face au spectateur, l’artiste a représenté huit tableaux distincts. Cette technique de placement de “tableaux dans une image”, inhabituelle en soi, est également remarquable car toutes les peintures – fresques de l’autel – sont constituées d’images déjà utilisées par Čiurlionis auparavant.

Ici sont présentés: des tours anthropomorphes du “Démon”, un escalier avec des anges de “l’Ange”, un cavalier de la “Ville”, un Sagittaire du Prélude et de la Fugue, une figure au bord de la falaise et un lion ailé du Zodiaque, un dragon de The Prince’s Travel et “Sonates du printemps”, drapeaux des “Sonates du printemps”, le soleil sur les sommets des bâtiments pointus de la “Sonate des pyramides”. L’imagination du spectateur a le droit d’imaginer que les plans invisibles de l’immense autel devraient avoir les mêmes motifs – les citations personnelles pittoresques de Čiurlionis.

C’est une tentative de capturer votre dictionnaire figuratif, de laisser votre “encyclopédie créative” sur les murs de l’autel sous la forme de ses fresques – c’est une tentative de vous quitter. 1909, lorsque le tableau “Autel” a été peint, était la dernière année de création de юрiurlionis, la maladie, et avec elle la stérilité créative l’attendait, et il savait que le “soleil noir” le couvrait déjà de ses ténèbres. Le chemin terrestre a été achevé. En 1907, il l’a dépeint dans le triptyque “My Way” comme grimpant, montant et descendant des hauteurs. Maintenant, il était prêt à décrire son chemin comme ce qu’il avait réussi à faire en peinture. Et puis “l’autel” est le chemin qu’il a parcouru dans l’art. Et s’il en est ainsi, alors c’est lui, l’Artiste, qui a allumé un feu divin au sommet de l’autel érigé par lui au-dessus du monde.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)