Voleur – Camille Corot

Voleur   Camille Corot

La pureté et la sincérité sont les traits qui sont au cœur de Koro chez l’homme. D’où son appel répété aux images d’enfants. Le célibataire Koro a cherché les joies de la famille dans la maison de sa sœur, puis parmi les nièces plus âgées. Leurs enfants ont constamment posé pour lui dans les années 1840.

Le mot posé “ne donne pas une vraie idée des séances – essayez de le faire poser une personne de deux ou quatre ans! Koro n’a pas eu besoin d’immobilité.” Son modèle était libre de bouger, – écrit L. Robo, – il a tout autorisé; le petit Daubigny…

ne s’est pas arrêté, chantant et riant. Quelqu’un lui a fait la remarque, mais Corot a répondu: “C’est exactement ce dont j’ai besoin. Je ne suis pas de ceux qui recherchent la précision anatomique dans une œuvre d’art. Mon objectif est d’exprimer la vie. J’ai besoin d’un modèle en mouvement.”

En regardant ces enfants avec des knootics, des boules, des brouettes, il est impossible de ne pas remarquer que l’artiste a parfaitement véhiculé l’essence de l’image des enfants. Et n’est-ce pas parce qu’il est arrivé que le “papa Koro” grossier et rustique avait la même âme brillante et pure qu’un enfant?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)