Portrait du bouffon de la cour El Primo – Diego Velazquez

Portrait du bouffon de la cour El Primo   Diego Velazquez

Diego Velazquez est l’un des plus grands représentants de l’âge d’or espagnol. Le peintre de cour Philippe IV, entre autres genres, a peint des portraits pleins d’esprit. Ils ont réussi à transmettre le psychologisme de leurs modèles et en même temps à éviter la flatterie même aux figures les plus puissantes. Tout au long des années 1630-1640, Velazquez a créé une série de portraits de nains et de bouffons.

À travers un masque comique, le peintre a vu le monde spirituel complexe de ces personnes privées de nature. Ayant dépeint la moquerie sans ombre, avec simplicité et tact, il a révélé

leurs personnages, leur état d’esprit, le monde des émotions, atteignant la tragédie lugubre. Un front haut et propre, des yeux intelligents fascinent et vous font regarder le visage extraordinaire du bouffon.

Ce n’est qu’alors que l’attention se tourne vers sa silhouette chétive. Don Diego de Assedo occupait une position spéciale dans la suite de Philippe IV et, selon la tradition, occupait plusieurs autres postes – il était messager et gardien du sceau royal. Sa responsabilité pour le sceau de la signature royale explique la présence du folio qu’il détient et du matériel d’écriture sur le sol.

Le surnom “El Primo” signifie “cousin”. Peut-être que le nain est un parent de Velazquez, ou peut-être que ce nom est apparu en raison du privilège du bouffon de ne pas enlever son chapeau en présence du roi, ce qui n’était autorisé qu’aux représentants de la plus haute aristocratie, leur roi appelé “cousins”. Une valeur particulière confère au portrait son caractère incomplet: l’arrière-plan inachevé vous permet de voir parfaitement la direction du pinceau du maître.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)