Portrait de Sir Thomas Chaloner – Anthony Van Dyck

Portrait de Sir Thomas Chaloner   Anthony Van Dyck

Anthony van Dyck, élève et junior contemporain de Rubens, est l’un des plus grands artistes de Flandre du XVIIe siècle.

En 1632, van Dyck, ayant accepté l’invitation du roi anglais Charles I, s’installe à Londres. Une nouvelle période commence dans la vie et l’œuvre du peintre. Caressé par le roi, qui l’a élevé au rang de chevalier et a épousé un représentant d’une famille noble, jonchée d’ordres, van Dyck devient un portraitiste à la mode de l’aristocratie anglaise. Sous le pinceau du maître se trouve une galerie des représentants les plus éminents de l’Angleterre

prérévolutionnaire. L’artiste transmet dans les images créées à la fois une insignifiance arrogante, une force spirituelle et la beauté du caractère des personnages.

Le portrait de Sir Thomas Chaloner, réalisé à la toute fin des années 30, est un excellent exemple de travail sur mesure. Un homme de quarante-cinq ans au visage volontaire, nerveux et maladif encadré par un choc de cheveux ébouriffés et un fin col en dentelle nous regarde de la toile. Un manteau de soie noire était jeté nonchalamment sur ses épaules. D’un geste énergique de la main droite, il montre la poignée de son épée. La circonstance et l’exactitude des caractéristiques psychologiques du personnage représenté étaient une réalisation importante de l’art de Van Dyck.

L’artiste a pu discerner même les traits de caractère du portrait qui sont apparus beaucoup plus tard, lorsque Thomas Chaloner a été témoin des poursuites dans le procès de l’archevêque Lod, condamné à mort pour trahison, puis, quand il a signé la condamnation à mort de Charles I. Mais, avec une forte volonté caractéristiques, van Dyck note dans son modèle et une peau douloureuse et affaissée, et des paupières rougies et des poches sous les yeux, qui peuvent avoir été le résultat de l’incontinence. On sait que lors de la dissolution du Long Parlement, dont Chaloner était membre, Cromwell qualifia Sir Thomas d’ivrogne.

“Portrait de Thomas Chaloner” a été acquis pour l’Hermitage en 1779 dans le cadre de la célèbre collection de Walpole. Il est intéressant de noter que lors de la vente, il a été publié sous la forme d’un portrait du père du représenté, qui s’appelait également Thomas. Très probablement, cela a été fait intentionnellement, afin de ne pas créer de mécontentement envers Catherine II, qui, peut-être, ne voudrait pas acheter un portrait du “régicide”. Sous le nom erroné, le portrait est inscrit dans les catalogues de l’Hermitage jusqu’en 1893.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)