Portrait de Baldassare Castiglione – Rafael Santi

Portrait de Baldassare Castiglione   Rafael Santi

Peinture de Raphael Santi “Portrait du comte Baldassare Castiglione”. Portrait format 82 x 67 cm, huile sur toile. Le milieu des années 1510 fut l’époque de la création des meilleurs portraits de Raphaël. Parmi les plus célèbres d’entre eux se trouve le portrait du pape Jules II. Ce travail donne un exemple de perception de l’apparence réelle du modèle à travers le prisme d’un certain idéal. Raphaël a obtenu le plus grand succès si le caractère et l’apparence du modèle étaient proches de la direction de son art. Tel est, par exemple, le portrait du comte Baldassare Castiglione.

L’artiste

n’a mis en évidence aucun trait de caractère de premier plan à son image – au contraire, il semble qu’il ait neutralisé ces qualités, le cas échéant, afin d’atteindre un sentiment d’équilibre intérieur, une harmonie calme de la personne humaine. En conséquence, une silhouette calme et fermée de la figure est construite, de grandes masses généralisées et des lignes sont accentuées. Castiglione, comte de Baldassare – diplomate et écrivain italien. Né près de Mantoue, servi dans diverses cours italiennes, fut l’ambassadeur du duc d’Urbinsky dans les années 1500 auprès d’Henri VII d’Angleterre, de 1507 en France au roi Louis XII. En 1525, déjà à un âge assez respectable, il est envoyé par le nonce pontifical en Espagne.

Le travail principal de Castiglione est les dialogues “Sur la Cour”, qui dépeignent le type de courtisan idéal et une image des coutumes exquises et des conversations pleines d’esprit de la société italienne de la Renaissance. Castiglione a été inspiré par la cour raffinée et instruite d’Urbino. La première édition de l’ouvrage a été achevée en 1516. La dernière édition des dialogues a été imprimée à Venise en 1528 dans l’imprimerie des héritiers d’Alda Manutius et traduite plus tard en plusieurs langues. Ce travail a largement glorifié Castiglione en Italie et au-delà.

Castiglione a créé une image artistique d’un courtisan idéal, qui a émergé dans une conversation entre les participants aux dialogues – de vraies personnes, des aristocrates de l’entourage du duc, y compris le patricien vénitien Pietro Bembo et Castiglione lui-même. Son courtisan idéal est doté de tous les avantages d’une personne parfaite, parfaitement éduquée et aux manières exquises.

Il s’agit d’une sorte de synthèse d’idées humanistes sur l’idéal de la personnalité. Le héros de Castiglione est intelligent et beau, largement érudit dans divers domaines de la connaissance, doué de manière créative – poétique et musicale, doté de toutes sortes de vertus, modeste, amical et courtois. Il est un sage conseiller du souverain, poursuivant non pas son intérêt personnel, mais celui de l’État. Le courtisan idéal est l’incarnation même de la grâce, de l’harmonie, de la beauté, il est esthétiquement parfait. Dans cette image de la cour, Castiglione incarnait non seulement l’idéal humaniste de la personne, mais était en même temps un environnement socialement limité et des idées de l’élite aristocratique, à laquelle appartient le héros de Castiglione et dans lequel il vit et agit.

En conséquence, l’idéal humaniste est amplifié et enrichi, mais en même temps il perd sa signification humaine universelle, qui est devenue la preuve de l’émergence de phénomènes de crise dans la vision du monde de la Renaissance des pores de la Haute Renaissance. Dans l’œuvre de Castiglione, dotée d’une grande puissance artistique, la foi s’exprimait dans la dignité d’une personne, dans sa capacité à s’améliorer et dans ses possibilités créatives illimitées. Castiglione est connue en tant que poète latin et italien. Giulio Romano a mis à lui, un ami du grand artiste Rafael Santi, un monument dans l’église de Madonna delle Grazie à Mantoue.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)