Portrait d’Alexandra Grigoryevna Muravyeva – Peter Sokolov

Portrait dAlexandra Grigoryevna Muravyeva   Peter Sokolov

Le 5 janvier 1826, le commandant de la forteresse Pierre-et-Paul reçoit pour portrait “avec la plus haute permission” N. M. Muravyev De son épouse son portrait. Dans l’une des lettres, Nikita Mikhailovich écrit: “Dans les moments de la plus grande dépression, j’ai juste besoin de regarder votre portrait et cela me soutient.” Dans une autre lettre: “De temps en temps, je prends ton portrait et je lui parle.”

Ce portrait de N. M. Muravyov a été emmené en Sibérie et jusqu’à la fin de ses jours ne s’est pas séparé de lui. Début janvier 1827, A. Muravyova partit après

son mari en exil sibérien. Par le biais de Muravyov, Pouchkine a transmis son message “I. I. Pouchkine” à la Sibérie. “Je me souviens du jour où Alexandra Grigoryevna m’a donné la poésie de Pouchkine à travers les barreaux. La mémoire du poète-camarade Lyceum a définitivement illuminé l’emprisonnement, comme il l’a dit lui-même, et j’étais heureux d’être obligé d’Alexandra Grigoryevna pour ce moment réconfortant.”

Fin octobre 1832, Aleksandra Grigoryevna attrapa un rhume et, malade depuis environ trois semaines, mourut à l’usine de Petrovsky. À propos de sa vie et de sa mort dans les lettres des décembristes et de leurs épouses, ainsi que dans les mémoires, de nombreuses réponses respectueuses ont été préservées, d’où la tristesse et le respect pour la mémoire de cette femme. Elle a été chantée par N. A. Nekrasov dans le poème “Les femmes russes”. Elle est dédiée à l’histoire de N. A. Bestuzhev “Shlisselburg station”, écrite par lui dans la prison de l’usine Petrovsky.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)