Femme en chemise assise sur une chaise – Pablo Picasso

Femme en chemise assise sur une chaise   Pablo Picasso

La peinture, incluse dans la classification des créations les plus chères du grand Picasso, est dédiée à l’une des affections cardiaques les plus puissantes de l’artiste – Marcel Umber, ou mieux connue sous le nom d’Eva Güell.

L’histoire de leur amour est belle et tragique. Le maître a idolâtré sa muse, faisant des aveux non seulement à travers ses tableaux, mais aussi directement sur eux. Ainsi, dans les peintures “Guitare” et “Violon”, écrites en 1912, vous pouvez clairement voir les inscriptions, comme si elles étaient inscrites par inadvertance dans les intrigues

– “I love Eve”. L’histoire d’amour n’a pas duré longtemps, bientôt Eve est tombée malade et a commencé à s’estomper sous nos yeux. Lorsque Picasso a finalement pu l’attacher à l’hôpital, elle ne pesait que 24 kg. Après un certain temps, elle était partie et l’artiste inconsolable a commencé à vivre reclus pendant un certain temps, pleurant la perte.

De nombreux livres diront qu’aucun portrait ou photographie de cette beauté fatale n’a été conservé. Mais c’est loin d’être le cas. En ce qui concerne les portraits, en effet dans des peintures écrites dans le style du cubisme, comme, par exemple, “La femme dans la chemise”, on ne peut pas parler de similitudes de portraits, mais néanmoins quelques photographies d’Eva ont été conservées dans les archives de l’amie de Picasso – Gertrude Stein.

Le travail présenté est simple dans l’intrigue, mais complexe dans le contenu. Seule une chaise et un fragment de chemise ont de vrais contours. Quant à l’héroïne elle-même, nous ne pouvons que deviner les parties volumineuses de son corps – seins, cheveux flottants, longs cils et même un ventre nu avec un nombril. Les historiens de l’art remarquent que c’est avec cette œuvre que l’artiste a anticipé une direction multiforme: le surréalisme.

L’œuvre contient un style sculptural prononcé – si tangible est le volume et la forme, combinés avec la technique du collage. Des combinaisons grotesques, des proportions violées, une forme de transmission inconcevable – vous ne pouvez comprendre ce travail qu’en abandonnant complètement la logique harmonieuse, en ne comptant que sur l’imagination.

La couleur est résolue dans des couleurs chaudes – marron, beige, rose. Les couleurs sonnent à l’unisson, sans interférer avec la perception d’un design cubique élancé.

L’image a été diffusée en 1997 lors de la vente aux enchères Christie et a été vendue au Metropolitan Museum of Art de New York, où elle se trouve aujourd’hui.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)