Côte de la Marne – Paul Cezanne

Côte de la Marne   Paul Cezanne

Les post-impressionnistes refusent la simple fixation des phénomènes lumineux, de la transmission de sensations visuelles précises sur la toile. Ils aspirent à une plus grande synthèse de la forme et de la couleur, voulant donner à l’image un caractère généralisant, exprimer une idée du monde en général. Le tableau “La côte de la Marne” a été peint deux ans plus tard par “Meules de foin” de C. Monet, tandis que la conception artistique et la structure picturale de cette toile sont fondamentalement différentes.

Le paysage de Cézanne est souligné statique: une ligne presque horizontale

de la rive du fleuve contraste les verticales strictes de la maison et des arbres sur le rivage. L’immobilité du paysage est renforcée par le fait qu’il se reflète dans l’eau glacée semblable à un miroir. Si les impressionnistes ont parfois perdu leur calme au soleil, dans une atmosphère de lumière-air en constante évolution, alors à Cézanne il reprend du poids: la structure du bâtiment et l’essentiel de la masse d’arbres sont mis en valeur dans le paysage. Cependant, la nature semble différente de celle des peintures de maîtres anciens. Il n’y a pas de feuillage écrit illusoire.

Les arbres de l’image forment une masse généralisée, comme à facettes. Cézanne a emprunté une palette purifiée du noir aux impressionnistes. Néanmoins, la couleur de l’image est sombre et froide: les tons bleu et bleu-vert dominent, le marron et le violet les “soutiennent”. Un rôle important dans le système de couleurs de l’artiste est joué par la couleur dite “fluide”, c’est-à-dire la même couleur apparaissant dans la peinture du ciel et de l’eau, des arbres et du sol. Grâce à cela, la toile gagne en unité intérieure, en intégrité.

Réduisant les couleurs variées du monde à des combinaisons de couleurs strictement définies, généralisant et géométrisant des formes d’objets, Cézanne rejette tout ce qui est superflu, accidentel, transitoire. Un motif sans prétention avec une banale villa de campagne lui acquiert une spiritualité particulière. L’architecture architecturale, le paysage austère en couleurs “La Côte de la Marne” avec une solennité silencieuse rappelle les paysages classiques de Poussin, dont le travail hautement éthique a servi de modèle à Cézanne. Le tableau est entré à l’Hermitage en 1930 depuis le Musée d’État du Nouvel art occidental à Moscou.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)