Campanules – Mikhail Vrubel

Campanules   Mikhail Vrubel

L’artiste, douloureusement seul, attiré par l’au-delà, trouve la joie de la créativité lorsque, à Abramtsevo, S. Mamontov, à travers ses amis et camarades, entre en contact avec le travail d’artistes folkloriques. Ce tour de Vrubel renforce son amitié avec A. Rimsky-Korsakov. “Une note nationale”, écrit-il à sa sœur, “que l’on veut attraper sur toile et en parure”. Et peu de temps après, parti à l’étranger, il avoue: “Quelle beauté nous avons en Russie!” et à Torcello – “Torcello… natif comme c’est Byzance.”

Ce passe-temps

se fait sentir dans son travail. Nous devons comparer le dessin antérieur des fleurs de Vrubel, avec sa construction propre et sobre de forme et d’espace, avec la dernière “Glycine”, presque transformée en ornement rythmique, puis nous verrons le long chemin parcouru par l’artiste. Dans ses œuvres décoratives, un rythme calme, régulier, une harmonie, des couleurs ouvertes prévalent; Or, un ornement n’est pas une sortie du monde des objets, mais au contraire une déclaration du consentement des éléments, un ordre harmonieux, la forme réelle des objets. Ces hobbies ont aidé Vrubel à faire ses preuves dans les décors de théâtre et les costumes, dans les croquis de meubles, dans la céramique, dans la vaisselle, etc.

“Vrubel a étonnamment peint un ornement, ne l’empruntant jamais de n’importe où, toujours le sien”, a écrit K. Korovin. dessinant fermement des caractéristiques, se connectant constamment à différents endroits, puis l’image entière se profilait. ” Dans le monde naturel, l’analogie la plus proche avec le processus décrit d’émergence d’images à partir de lignes et de traits initialement disparates formant un motif ornemental bizarre, dans lequel apparaissent soudain les visages d’objets familiers, est la cristallisation du givre sur du verre givré.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)