Autoportrait 1493 – Albrecht Durer

Autoportrait 1493   Albrecht Durer

Albrecht Durer a réalisé de nombreux autoportraits. Sur ce point, l’artiste se dépeint à l’âge de 22 ans, au retour de ses errances lointaines. Les voyages des apprentis qui ont achevé la doctrine sont depuis longtemps habituels parmi les artisans et artistes européens afin qu’ils puissent rencontrer des collègues dans d’autres villes et pays.

Le jeune visage est beau et calme. Les yeux légèrement inclinés vers le spectateur – il en fut ainsi, il s’assit sur le côté du miroir. De longs cheveux rouge vif tombent sur les épaules. Ils ressemblent à une flamme qui coule. Et le bonnet

rouge foncé à fourrure donne également naissance à l’idée du feu.

La veste gris-vert avec des fentes sur les manches est bordée d’un ruban rouge. Le cou et le haut de la poitrine sont nus, les clavicules sont visibles. Une chemise en tissu fin dans des assemblages exquis et avec un firmware rougeâtre. La coupe et la couleur du costume sont élégantes. On peut voir que le style a été dicté au tailleur par l’artiste. Des mains fortes tiennent soigneusement la branche de houx – un symbole de la fidélité masculine.

Sur un fond vert foncé terne, le visage brille, les lèvres brûlent, les cheveux flambent. En haut du monogramme de l’artiste et de l’inscription: “Mon travail se poursuit, comme le ciel l’a commandé.” Le jeune artiste est le marié. Le père embrassait sa fiancée. Le fils ne s’en souciait pas. Dans un environnement artisanal leurs propres coutumes. Dürer – le plus jeune va obtenir les droits du maître. Et le maître doit certainement être marié.

Fait intéressant, à l’époque de Dürer, les artistes étaient des artisans, c’était une guilde très respectée. En Europe occidentale au Moyen Âge, une guilde est un partenariat, une union. Et la peinture est devenue de l’art plus tard et ce fut un long processus de la Renaissance au New Age.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)