À l’ancienne usine de l’Oural – Boris Johanson

À lancienne usine de lOural   Boris Johanson

La composition du tableau “À l’ancienne usine de l’Oural” est l’une des solutions artistiques les plus profondes de l’art pictural soviétique. Son avantage est d’abord sa clarté et sa précision.

Comme dans Interrogation des communistes, Johanson utilise subtilement le côté silhouette-décoratif de la construction compositionnelle. Dans la composition de l’image, il y a trois plans de personnages: le premier, le voisin, le maître et l’ouvrier assis; le second est un commis, un vieil ouvrier et un pompier appuyé au poêle; le troisième est un adolescent et deux figures courbées

de travailleurs dont le visage n’est pas visible.

L’interrelation de tous les personnages trouvés par l’artiste vous permet d’attirer immédiatement l’attention de tout leur groupe. Cependant, presque simultanément avec la fixation de toute la structure plastique compositionnelle de l’image, l’œil met immédiatement en évidence les figures du travailleur et du propriétaire; ils captent surtout son attention. En se concentrant sur eux, le spectateur comprend l’essence de ce qui se passe. Sans entrer dans l’analyse de tout ce qui est montré dans l’image, nous voyons que ces héros centraux sont des ennemis inconciliables et qu’il y a une lutte entre eux. L’œil va d’une figure à l’autre; capturés par le duel de ces personnes, nous devenons, pour ainsi dire, des participants aux événements.

En regardant dans l’image, vous voyez que la supériorité morale est du côté du travailleur. Bien qu’il soit assis par terre, sa silhouette est si active à l’intérieur qu’il est clair qu’il est sur le point de se lever et de se redresser à sa pleine hauteur, d’apparaître comme un géant. Le fabricant est debout, mais sa silhouette n’est pas rigide; il semblait se balancer et fut contraint de faire un mouvement inverse, appuyé sur une canne.

Ceci, dépourvu de toute affectation, l’opposition des deux classes en difficulté a été menée par Johanson avec une véritable compétence artistique. Le peintre a suivi le chemin de la réflexion véridique sur les conditions historiques du début de la grande lutte sociale. Un travailleur qui entre dans la lutte avec son exploiteur est toujours dans la position forcée d’un esclave engagé. L’éleveur capitaliste est toujours le souverain du travail ouvrier, maître de la situation.

Sur le côté droit de l’image est un groupe de travailleurs d’usine. Il semble à première vue quelque peu fragmenté et pourtant plastiquement généralisé. Le vieux travailleur et le chauffeur sont comme pour protéger leur camarade, un travailleur assis. Les reflets rose-foncé, brun-bronze sur leurs figures soulignent hardiment l’apparence dure des prolétaires torturés par les travaux forcés. Un grand vieillard avec une tige de fer dans les mains se leva et était sur le point de parler, lui aussi, et de se diriger vers le propriétaire. Et même le vieux pompier, évidemment, écoute les paroles du camarade protestataire. Peut-être que bientôt, sans crainte, il se précipitera sur l’oppresseur. Le garçon frêle et absorbant qui se tenait à l’arrière, et lui aussi, d’une manière ou d’une autre, se pencha en avant. Et ce n’est pas un hasard si Johanson illumine un groupe de travailleurs de deuxième niveau comme dans une flamme qui fait rage.

La peinture de Johanson reflète la période de l’histoire du mouvement révolutionnaire où les travailleurs passent des demandes aux demandes. À travers les images de simples ouvriers prolétariens, l’artiste a montré à quel point cette protestation collective des masses contre les exploiteurs serait terrible, avec quelle colère écrasante ils répondraient à l’échec de satisfaire leurs demandes. Ces masses finiront par se rassembler et se déplacer pour prendre d’assaut les bastions du capitalisme.

Une analyse de la composition de l’image nous permet de conclure que la persuasion vitale est combinée avec une expressivité claire de la scène. Ici, Johanson a déployé une production artistique complète, sans laquelle la création d’une œuvre de genre est impossible.

L’expression des yeux de ses héros revêt une grande importance pour l’efficacité émotionnelle de la peinture de Johannson. Les yeux sont le miroir de l’âme, ils véhiculent la vie spirituelle d’une personne. La lutte des vues aide l’artiste à révéler plus profondément l’essence de la relation entre les travailleurs et le propriétaire, ainsi qu’à comprendre la psychologie collective de la masse ouvrière.

Les yeux vifs et perçants avec des lumières blanches qui clignotent du vieil ouvrier, du chauffeur et du garçon sont fixés en un point, pleins d’un seul sentiment, et quelle forte pression de la colère accumulée envers les oppresseurs qu’ils expriment, comment ils écrasent comment ils “détruisent” ces yeux du propriétaire-éleveur détesté. Déjà par un “duel des yeux” des travailleurs et du propriétaire, le spectateur sent dont l’inévitable victoire met fin à cette lutte.

La figure centrale de l’ouvrier est représentée par l’artiste au flacon. Au travail, une chemise rose avec un col large ouvert, un tablier gris, des chaussures libériennes. Le visage du travailleur porte des traces de privation grave et débilitante, les yeux perçants sont enflammés, mais ses mains, enduites de charbon, sont pleines d’une grande force musculaire. C’est le prolétaire indigène qui s’est rendu compte que lui et ses camarades n’avaient rien à perdre que leurs chaînes.

La lumière de la conscience spiritualise le visage de l’ouvrier-prolétaire qui s’est levé pour manifester ouvertement. Et ici, comme dans L’interrogatoire des communistes, Johanson utilise largement l’introduction du romantisme révolutionnaire dans le système artistique. Voici la romance d’une grande idée, la romance d’anticiper un avenir radieux pour la classe ouvrière.

Johanson met à l’image du fondeur toute sa passion pour le peintre. L’artiste sculpte hardiment les traits de son visage, admire la profondeur de ses yeux, la force physique de ses bras, de ses épaules, l’énergie de son esprit. La chemise et le tablier du travailleur, tachés de terre et de suie, tout en restant eux-mêmes dans leur spécificité matérielle, acquièrent sous le pinceau de Johanson cette beauté particulière de la couleur, qui élève et rend encore plus noble la figure du lanceur de sorts. Dans ces endroits de l’image, Johanson utilise abondamment la texture de la lettre, laisse à certains endroits la toile libre et révèle une surface granuleuse.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)