Visions de Saint Antoine. Aile droite de l’autel – Jérôme Bosch

Visions de Saint Antoine. Aile droite de lautel   Jérôme Bosch

Le tableau “Visions de Saint Antoine” est l’aile droite de l’autel “Tentation de Saint Antoine”. Lorsque Saint Antoine vivait comme ermite dans le désert, il a été poursuivi par le plus séduisant de toutes les tentatrices. Dans le jardin d’Eden, la chute de l’homme a commencé avec Eve et avec la réalisation de l’attrait sexuel, quand Adam et Eve ont appris qu’ils étaient nus. Le diable est nu au saint, couvrant timidement son pubis de sa paume. Immergé dans une profonde réflexion, le saint est entouré de personnifications de tentations diverses.

Indifférent aux visions

séduisantes, Anthony est représenté ici comme un chevalier de la foi qui a triomphé des forces du mal. Cette victoire est le thème principal de l’aile droite du triptyque. Anthony détourne le regard, mais les démons festoyants tombent dans son champ de vision, qui avec des gestes appelle l’ermite. Au fond, la merveilleuse cité du diable est prête à inviter le saint, il lui suffit de se tourner dans cette direction. Dans les douves, le dragon se bat avec un homme, une flamme jaillit d’une tour ronde; la ville est un enfer caché, d’où vient le diable.

Le moulin hollandais, introduisant la dissonance dans l’image, souligne les possibilités trompeuses du terrestre et de l’ordinaire et rappelle l’ergotisme – l’empoisonnement à l’ergot causé par le grain pourri: cette maladie a été appelée à tort feu anton. Il existe de nombreuses références à la magie noire – parmi les tentations du saint, représentées dans la partie centrale du triptyque, il y a une masse noire et un sabbat, qui, apparemment, sont précipités par deux personnages volant sur un poisson. On pense que le diable aide les sorciers à voler jusqu’au lieu du rassemblement démoniaque.

La femme nue, qui est derrière le rideau que le crapaud tire, selon la vie des pères, se révèle être un démon qui a pris la forme d’une reine. Une femme nue sous une tente impromptue est un péché de luxure et d’adultère. L’arbre sec derrière lequel il se tient est un symbolisme alchimique présent en abondance dans chaque scène triptyque. Parmi les visions monstrueuses, il y a un vieux nain au capuchon rouge couvrant tout son corps sauf ses yeux et son nez crochu. Il marche dans des marchettes pour bébés, une toupie est attachée à sa tête.

Marcheurs et moulin à vent – une indication de l’innocence humaine, persistant non seulement dans la petite enfance, mais tout au long de la vie. La table dressée, qui est soutenue par des démons nus, est une image de la dernière tentation du saint – le péché de gourmandise. L’action mystérieuse autour de la table symbolise le péché de la vie effrénée. Le pain et une cruche sur la table sont également des indications blasphématoires des symboles eucharistiques.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)