Vieil homme chante, jeune chante – Jan Stan

Vieil homme chante, jeune chante   Jan Stan

L’un des “délires” les plus décorés et les plus décents du mur. Devant nous, apparemment, une célébration chaleureuse. Pour un festin modeste, plusieurs générations d’une famille de riches bourgeois se sont réunies.

L’homme au fond, fumant le garçon, est, comme le lecteur l’a probablement déjà deviné, Jan Stan lui-même. La plénitude de la vie des murs est certainement l’un des peintres hollandais les plus brillants du 17ème siècle, bien que toutes ses peintures ne soient pas parfaites d’un point de vue technique. À propos du talent coloriste de l’artiste, d’un

large éventail de ses intérêts, son humour inimitable a été assez dit. Nous voudrions maintenant attirer l’attention du lecteur sur une caractéristique très importante du “caractère créatif” du Mur, à savoir son acceptation de la vie de bonne humeur.

Même moralisant, le maître n’ulcère pas, ne dérange pas. Il écrit chacun de ses personnages avec affection, avec une sorte de volonté intérieure de lui tapoter l’épaule et de dire: “Eh bien, bien, j’en ai assez. Rentrez chez vous.” Stan ne fouette pas les vices, mais – regrette, soupire à leur sujet, se moque parfois d’eux. Mais il ne se sent jamais autorisé à “exécuter ou pardonner” quelqu’un. Et, prenant vie dans toute sa diversité, il ne grince pas des dents au fait que cette variété n’est pas toujours soignée, mais fume une pipe et sourit en une moustache.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)