Tour sur le rocher du Bosphore – Ivan Aivazovsky

Tour sur le rocher du Bosphore   Ivan Aivazovsky

Les vagues vertes écument, roulent sur un haut rivage rocheux, et dans les vagues, il bat comme un oiseau blessé, un navire essaie de s’éloigner de terribles rochers, pour éviter la mort, mais n’est pas en mesure… L’élément est plus fort – il tire, déchire les voiles, il tombe et se déforme avec des chiffons.

Les marins sont sauvés dans le bateau – tout le monde regarde avec envie le navire, c’était à la fois sa maison et son ami, mais il se noyait déjà et il ne pouvait plus être sauvé. Un homme solitaire se tient sur des pierres au bord du surf, – peut-être un marin qui

s’est jeté plus tôt dans les vagues et a fait surface, peut-être un spectateur qui a entendu une terrible fissure d’un arbre se briser contre les rochers.

La vieille tour regarde paresseusement le drame qui se déroule à son pied. Loin sur une colline, la ville brille d’une blancheur éclatante – hautes tours, flèches de la cathédrale, maisons confortables. Et le soleil se lève sur la mer, inondant tout autour de rayons dorés, il inspire l’espoir que la tempête prendra fin. et même ici, sur les falaises, la mer sera plus calme.

L’image crée une ambiance très dramatique, mais aussi très lumineuse – cela semble presque cynique, mais le monde n’est que cela: tous les navires ne se noient pas dans une tempête, toutes les personnes prises dans une tempête ne meurent pas. Et la mer ne se soucie pas quand elle jettera un navire-navire fragile sur les rochers – tôt le matin en été ou en automne.

La mer est indifférente, car telle est sa nature. Infiniment sage, détaché et modifiable, il aiguise le rivage, car “Une goutte affûte une pierre”. Un jour, une autre mer éclaboussera autour du Bosphore – la majestueuse, calme, sans limites – la même qu’au début du siècle.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)