Soirée (sculpture) – Michelangelo Buonarroti

Soirée (sculpture)   Michelangelo Buonarroti

La sculpture de Michelangelo Buonarroti “Soir” a également un autre nom pour “Twilight”. La hauteur de la sculpture est de 197 cm, en marbre. Dans les tombes de Giuliano et Lorenzo, Michel-Ange s’est éloigné de manière décisive du type de pierre tombale traditionnel qui s’était développé au XVe siècle avec une statue de portrait du défunt, présentée allongée sur son lit de mort entourée de reliefs et de statues représentant la Vierge, les saints et les anges.

Les anciens principes simples de Michel-Ange de combiner les pierres tombales de diverses statues et reliefs ont été remplacés

par une profonde interconnexion émotionnelle des images. L’idée abstraite de contraster la vie et la mort suppose à la fois une réalité poétique et une profonde signification philosophique. Giuliano et Lorenzo Medici sont présentés dans une profonde réflexion; les statues placées sur leurs sarcophages – “Matin”, “Soir”, “Jour” et “Nuit”, symboles du temps qui coule vite – représentent une sorte de concrétisation figurative de leurs pensées.

Dans les statues des deux ducs, Michel-Ange a abandonné tout semblant de ressemblance de portrait, les présentant comme des héros idéaux. Le tombeau des Médicis dans ce sens est surtout un monument à deux représentants insignifiants du clan des Médicis – sa signification est plus répandue. Le spectateur entrant dans la chapelle est immédiatement entouré d’images pleines d’anxiété et d’anxiété. Les statues de Lorenzo et Giuliano, serrées dans des niches étroites, des figures douloureusement incurvées et presque convulsives de l’heure, glissant des couvercles arrondis des sarcophages et néanmoins maintenues sur eux par une force inconnue, les murs en plastique pulsés disséqués par un système complexe de pilastres, de niches et de fenêtres ternes, une expression effrayante De la journée, comme s’il n’avait pas encore pris forme à partir d’un bloc de pierre, et le masque tragique – un attribut de la Nuit – repose sur tout le sceau de la dissonance aiguë, qui ne trouve pas un moyen de sortir de la tension.

La concentration de la volonté, l’activité déterminée des précédents héros de Michel-Ange est maintenant perdue; la puissance physique des images de la Chapelle Médicis déclenche d’autant plus leur effondrement spirituel. Seule la statue de la Madone – l’un des sommets du génie plastique de Michel-Ange – placée au centre du mur contre l’autel et occupant ainsi une position dominante dans la chapelle, est interprétée de manière différente. En termes d’expressivité dramatique, de richesse et de variété de motifs composites et plastiques complexes, elle n’est pas inférieure aux autres statues de chapelle, cependant, son attrait particulier réside dans le fait que la profonde émotion émotionnelle de la Madone ne se transforme pas en rupture, le puissant lyrisme de cette image n’est pas déformé par les dissonances.

Lors de la création des sculptures de la chapelle des Médicis, Michel-Ange a agi comme un brillant maître de la synthèse artistique. On leur a donné ici non seulement la combinaison d’éléments architecturaux et architecturaux justifiés – Michel-Ange les conduit à l’unité émotionnelle basée sur l’interaction active des formes architecturales et des images plastiques. Malgré la complexité et l’incohérence de nombreux motifs contrastés, la Chapelle Médicis est perçue comme un organisme artistique, soudé par un seul sentiment, une seule idée.

Aux poèmes enthousiastes du poète florentin – Giovanni Battista Strozzi, dédié à la statue de la “Nuit”, Michel-Ange a répondu au nom de la Nuit avec un quatrain dans lequel il exprimait ses sentiments: c’est agréable de dormir, c’est une pierre agréable d’être. Oh, dans cet âge, criminel et honteux, ne vivez pas, ne vous sentez pas – un sort enviable. Je t’en prie, tais-toi, n’ose pas me réveiller! Ainsi, l’auteur lui-même révèle le sens de “nuit” – une image de grande signification collective, au-delà de laquelle nous voyons le sort de l’Italie, le sort de toute l’ère de la Renaissance italienne.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)