Préférence – Victor Vasnetsov

Préférence   Victor Vasnetsov

Nuit d’été chaude, grand balcon ouvert, la faible lumière d’une bougie solitaire et le tic-tac mesuré d’une horloge. Dans ce silence d’avant l’aube, cinq arbitres jouaient de préférence. Les cartes sont distribuées, un lot en remplace un autre, les taux augmentent et diminuent.

En fait, seulement trois des personnes réunies sont impliquées dans le jeu. Les deux autres s’occupent de questions plus importantes. Un – dans le coin, se détourner, s’égoutter d’un mouvement brusque draine le prochain verre d’alcool. Il boit dans une gorgée, sans prêter attention aux

personnes présentes dans la pièce. De toute évidence, il était fatigué des cartes et des visages des joueurs. L’autre – le plus jeune – sans cacher l’ennui, bâille largement, de bon cœur, ne comprenant pas pourquoi il est toujours là, malgré l’approche du matin.

Les trois autres se penchaient sur une table recouverte de tissu vert. Le vieil homme aux yeux ternes au crépuscule essaie de distinguer son alignement, tandis que d’autres, sans une ombre d’embarras, regardent ses cartes. Le fair-play appartient au passé, tout comme les fonctionnaires eux-mêmes ont oublié l’honnêteté dans leur fonction publique.

Maintenant, ils font semblant d’être passionnés par le jeu, et dans l’après-midi, ils ont déplacé leurs petits papiers, illustrant le travail acharné. Leurs visages sont désagréables – peau tubéreuse grise, joues et mentons tombants, œillets gonflés, lèvres minces serrées. Ces personnes savent mentir et tromper avec éloquence, prendre des pots-de-vin magnifiquement et naturellement, faire des promesses qu’elles ne tiendront pas. Ils savent jouer comme ça toute la nuit jusqu’au matin, cachant l’ennui étranglant tout le monde.

Les fonctionnaires sont vides dans leurs affaires quotidiennes et ne sont pas en mesure de trouver une occupation pour eux-mêmes pendant les heures de rotation. Par conséquent, ils passent des soirées similaires à une autre, entourés par la mort d’une société ennuyeuse pour quelques matchs intéressants. Toutes ces réunions sont dénuées de sens, tout comme leur passe-temps au service n’a pas de sens.

La négligence des fonctionnaires de préférence est soulignée par la lumière des bougies dentelée qui crée des ombres énormes sur les murs de la pièce. Le bas-relief de la cheminée artistique, le portrait cérémoniel sur le mur crient de mauvais goût et de stupidité. Et seules les heures continuent de vivre, mesurant le passage du temps et rapprochant l’aube tant attendue, qui libérera les joueurs de leurs leçons fatiguées.

L’image “Préférence” était destinée à être le dernier travail de l’artiste sur des sujets quotidiens, après quoi le réalisme, révélant les traits laids de la société, a été remplacé par un monde de contes de fées et de légendes.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)