Portrait de M. Kh. Frangopulo – Zinaida Serebryakova

Portrait de M. Kh. Frangopulo   Zinaida Serebryakova

Une autre nouveauté que les années 1920 ont apportée au portrait de l’artiste est le thème du théâtre. Les œuvres qui lui sont associées, ainsi que les œuvres du cycle “paysan”, ont laissé son nom dans l’histoire de la peinture russe au premier quart du XXe siècle. La raison de l’apparition de ce sujet n’est pas connue – que ce soit d’abord l’ordre de quelqu’un ou un passe-temps sous l’influence de voisins, balletomanov invétéré D. D. Bushen et S. R. Ernst, ainsi que l’aînée des filles, Tata, de l’hiver 1921 années ont commencé professionnellement

engagé dans le ballet. Déjà en janvier 1922, Ekaterina Nikolaevna informait son fils: “En fait [cet] hiver, nous avons plongé dans le monde du ballet.

Zina dessine des ballerines trois fois par semaine, une des jeunes ballerines pose pour elle… et deux fois par semaine, Zina marche avec un album dans les coulisses pour esquisser les types de ballet. “Dans la même 1922,” Portrait d’une ballerine L. A. Ivanova est apparu dans le costume de l’artiste pas de trois du ballet de N. N. Cherepnin “Pavillon Armida”, “Portrait de M. Kh. Frangopulo”, “Portrait de E. A. Svekis”, “Portrait de la ballerine A. L. Danilova dans le costume du ballet N. N Cherepnina “Armida Pavilion”. Les jeunes actrices sont représentées dans des costumes des personnages des ballets: Svekis – de La Belle au bois dormant, Frangopulo – du Carnaval, Ivanov et Danilov – du Pavillon Armada.

En fonction de leur caractère et de leur caractéristique, ils posent, debout ou assis, comme s’ils se préparaient pour le prochain rôle dans la pièce. Jeunes, pour la plupart, très belles, magnifiquement construites, tenant fièrement la tête haute, les ballerines connaissaient déjà la joie du succès, plongées dans l’atmosphère excitante des coulisses du théâtre. Conscientes de leurs charmes de jeune fille, gracieuses et féminines, elles sont soit calmes, soit parfois un peu timides.

Discrète et raffinée dans sa tenue blanc-vert-violet dessinée par Benoit pour le ballet “Armida Pavilion”, Alexandra Dionisievna Davydova, en ces années-là, soliste de l’Academic Opera and Ballet Theatre. Lidia Alexandrovna Ivanova regarde le spectateur avec interrogation, avec une question stupide, avec ses grands yeux bruns – dans une magnifique robe rouge ornée de grosses perles, également créée selon les croquis de Benois. Contemplant les yeux de passion cachés de Marietta Harlampievna Frangopulo. Elle est merveilleusement bonne dans un sweat à capuche oriental en nacre.

Le travail a été fait au pastel; comme l’écrira plus tard la fille de Tatyana Borisovna, “d’une manière particulière, unique pour elle, en utilisant une superposition pâteuse, des nuances claires et des nuances. Ces œuvres ne sont pas inférieures aux œuvres remplies d’huile en termes de densité de couleur, de concision et de gravité de l’image”. Tous les portraits mentionnés et un certain nombre d’autres ont été exposés dans le même 1922 à l’exposition “World of Art” à Petrograd. Ils avaient une large résonance, Somov aimait beaucoup, qui écrivait dans son journal: “J’ai persuadé Zina de faire un grand portrait de ballet basé sur les études que j’ai vues!”. Le travail des années suivantes a probablement été subordonné à cette tâche.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)