Le dernier voyage du navire Valiant – William Turner

Le dernier voyage du navire Valiant   William Turner

Dans le contexte d’un ciel coucher de soleil flamboyant, nous voyons un vétéran de la bataille de Trafalgar, le navire de bataille “Brave”. Un remorqueur à vapeur tire un vieux navire à travers la Tamise dans un quai où il sera transformé en ferraille. Cette peinture, exposée à la Royal Academy en 1839, fut immédiatement déclarée “l’œuvre la plus étonnante du plus grand maître de notre époque”. Turner aimait beaucoup cette photo, l’a appelée “ma chère” et a refusé de vendre.

Il est peu probable qu’elle ait été peinte par un artiste de la nature. L’image

poétique et triste du vieux navire qui a entamé son dernier voyage, très probablement, est née de l’imagination de l’artiste. Cette image était pour l’artiste vieillissant non seulement un symbole déchirant de l’ère passante des voiliers, mais aussi un rappel de la mortalité de la vie terrestre en général.

Dans la seconde moitié de sa vie, Turner était passionné par l’exploration des effets de la couleur et de l’éclairage. Tout d’abord, il s’intéressait aux couchers et levers de soleil, lorsque ces effets se manifestent de la manière la plus surprenante. Sur la toile “Le dernier voyage du navire” Valiant “, le coucher de soleil occupe toute la partie supérieure de l’image, lui donnant un son élégiaque.

L’élément le plus léger de la toile – la lumière – a ici la plus grande densité physique. Turner a parfois utilisé un couteau à palette, mais dans ce travail, les tons jaunes et rouges des nuages ​​ont été appliqués en utilisant la technique de l’empâtement avec un pinceau. Pour obtenir un contraste maximal, l’artiste a peint un ciel bleu cobalt à l’horizon avec une couche liquide de peinture à l’huile diluée.

La passion de Turner pour la lumière jaune est devenue légendaire. Il a été l’un des premiers artistes à utiliser une peinture jaune citron qui ne s’estompe pas avec le temps. Une autre couleur avec laquelle Turner a écrit le coucher du soleil était l’iodure écarlate. Ce pigment, obtenu en 1812 par le célèbre chimiste Humphrey Davy, est moins résistant. Les tons roses obtenus avec son aide ont depuis longtemps perdu leur éclat et leur densité. Les rayures horizontales de tons rouge foncé sont écrites dans du cinabre plus traditionnel.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)