Lanternes en papier – Konstantin Korovin

Lanternes en papier   Konstantin Korovin

À la fin des années 1890. Korovin a continué à travailler sur le décor pour les représentations, en particulier, il a aidé à organiser les productions des opéras de Gluck et Rimsky-Korsakov. Il n’est pas surprenant que certaines des astuces utilisées pour créer des décors de scène aient commencé à s’infiltrer dans la peinture de chevalet de Korovin. Et si les premiers emprunts de ce type étaient associés à la planéité de l’image des personnages, ils sont ensuite apparus dans une décoration délibérée. Un exemple frappant est le document “Lanternes en papier”.

La photo nous présente

une jeune femme avec des lanternes en papier rondes brillantes. On pense que la future épouse de Korovin, Anna Yakovlevna Fidler, a servi de modèle.

Dans ce travail, le peintre a posé un certain nombre de tâches spécifiques. Korovin a décidé de combiner dans l’image deux sources de lumière – naturelle et artificielle, et très originale, sous forme de lanternes en papier. C’est pourquoi il a poussé la figure de la jeune fille profondément dans l’image, donnant le premier plan aux lanternes. De belles lanternes lumineuses avec un ornement fantaisiste dans un plan coloriste font écho aux vêtements de la fille, créant ainsi une composition harmonieuse équilibrée.

L’image semble être tissée à partir de combinaisons de couleurs contrastées – feuillage vert foncé, ciel bleu pâle, jupe noire de l’héroïne et lanternes volumineuses lumineuses. Sans aucun doute, c’est une preuve éloquente du style progressiste du maître. Des tons jusqu’alors calmes avec une texture dynamique, il se transforme en une palette décorative contrastée, franchissant ainsi une nouvelle étape vers l’impressionnisme. Impressionnisme russe, “Korovin”, totalement différent du style français.

Il est à noter qu’aujourd’hui cette image ne cesse d’être symbolique pour l’ensemble du travail de Korovin. Ainsi, lors de la tenue d’une exposition personnelle en 2012, dédiée au 150e anniversaire du peintre remarquable, cette œuvre a été choisie comme carte de visite de l’ensemble de l’événement, ce qui est plus que logique. L’exposition s’intitulait “Peinture. Théâtre” et aucun autre robot de Korovin ne rapproche ces deux concepts avec autant d’éloquence.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)