La conspiration batave – Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

La conspiration batave   Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

La peinture de l’artiste néerlandais Rembrandt van Rijn “La conspiration batave” ou “La conspiration du chef batave Julius Civilis”. La taille du tableau est de 196 x 309 cm, huile sur toile. En tant que symbole de l’indépendance nationale et de la citoyenneté des Pays-Bas, le conseil municipal d’Amsterdam a choisi le thème de la révolte des Bataw contre les Romains, un thème du début de l’histoire des Hollandais, pour décorer la galerie autour de la salle de conférence de la nouvelle mairie classique.

En fait, le tableau “La conspiration de Julius Civilis” est une

composition historique représentant le chef de la tribu batave, qui était considéré comme les ancêtres des Pays-Bas, qui a soulevé le peuple pour se rebeller contre Rome au 1er siècle. Ce thème avait été proposé cinquante ans auparavant par Hugo Grotius, suite à la narration de Tacite, afin de renforcer l’identité nationale républicaine. Des échantillons correspondants étaient déjà présentés dans des gravures d’Antonio Tempesta à partir des peintures d’Otto van Weens, ils étaient probablement des exemples contraignants pour les huit images nécessaires. Rembrandt a reçu une commande pour la “conspiration” en 1661, après la mort de Govert Flink, qui devait terminer le cycle entier.

En 1662, le tableau de Rembrandt était déjà accroché au mur sud de la galerie, en août de la même année, il a été retiré en raison des changements prévus, puis, probablement par Rembrandt lui-même, a été vendu à l’état recadré. Les raisons de la déviation de l’image ne sont pas claires; une comparaison avec les échantillons de Tempesta et Veens suggère que l’affaire était “une contradiction inconciliable entre la ruée vers la dégénérescence de Rembrandt, l’une des sources les plus profondes de son art, et la glorification de la Renaissance”.

En tout cas, l’interprétation de Rembrandt de la conspiration dans le bosquet sacré, où les “principaux et nobles” se sont réunis autour du chef batave Julius Civilis, prêtent un serment solennel, est vraiment loin d’une idéalisation héroïque. La “cérémonie du serment barbare”, barbare au sens originel du mot étranger et spontané, est présentée par Rembrandt comme une réalité immédiate, comme la vérité vivante de l’histoire.

Rembrandt transmet l’élévation et l’atmosphère d’un archaïque, englouti par une explosion révolutionnaire de violence collective, sans fioritures et en croissance rapide des éléments. Ce travail était en même temps ironiquement aliéné “antikartina” parmi la restauration et la réaction de cette époque. Rembrandt adhère strictement à l’intrigue: le borgne Julius Civilis est vêtu de vieux vêtements bordeaux qui renforcent le son archaïque spontané de la scène.

Le visage large et grossier de Civilis exprime une sauvagerie solennellement exaltée. De l’insouciance à l’élévation, il n’y a qu’une étape – dans la chaleur de la lumière qui clignote soudainement le long de la table. “L’effet de la lumière transforme le serment dans la peinture de Rembrandt en un sacrement sacré.”

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)