Grancan – Georges Cera

Grancan   Georges Cera

Signac, qui allait écrire cet été – et en même temps faire de la voile – à Saint-Briac en Bretagne, lui a suggéré de passer plusieurs semaines sur la Manche. Sera a aimé cette idée; les souvenirs du service militaire à Brest ont pris vie en lui. En outre, Sera a surmené – une contrainte constante affectée. Si lui et Signac ont parfois regardé dans un café, par exemple, dans le “Concert Eden” sur le boulevard Sébastopol ou le “Grand Concert européen” sur la rue Bio, près de la place Clichy, alors seulement pour y peindre, pour observer les contrastes de couleurs créé par l’éclairage

artificiel.

Bien sûr, il n’a presque pas manqué les réunions des indépendants au café Marengo sur Sainte Honoré, près du Louvre, écouté, suçant pensivement la pipe, ce dont les autres parlaient, et quittant le café et remontant la rue Vivienne vers Montmartre avec des amis – Signac, Angran, Joden ou Adolf Albert, – est revenu à nouveau dans ses pensées et a attiré de temps en temps l’attention d’amis sur le “halo supplémentaire autour des lampes à gaz”. Rien ne le détournait de l’affaire. Le destin de l’artiste a amené toute sa vie dans un canal clairement défini. Tout ce qui n’avait rien à voir avec la passion créatrice lui semblait insensé. Le voyage pourrait au moins donner un peu de répit à Sera – un changement de lieux le divertirait.

Il a opté pour Grancan, un petit port de pêche sur la côte du Calvados; il est possible que cet endroit l’ait incité Signac. Et il est parti, sans oublier de faire le plein de couleurs: peut-être que la contemplation de la mer lui apprendra beaucoup.

Grancan et ses environs n’étaient pas particulièrement pittoresques. Un petit village aux bâtiments trapus, un port, une plage de sable fin est abrité au milieu des rochers dont la silhouette ondulée domine le bord de mer. Les prairies de Bessen s’étiraient dans les profondeurs, clôturées par l’acacia et coupées par des rangées de saules ou de peupliers. Le long de la côte vers Por-en-Bessin et Arromanches, une route faisait une boucle; un autre menait à Isigny par des pâturages.

Peu de temps après avoir commencé son travail, Sera a fait le tour de la côte, ici et là, dessinant; il a vraiment arrangé ses vacances, car, de son propre aveu, ces petits croquis “lui ont surtout apporté de la joie”. Il a apporté avec lui plusieurs toiles propres de la même taille que le paysage de l’île Grand Jatt, mais il a commencé à les peindre plus tard, excité par un motif ou un autre.

La mer agit sur lui hypnotiquement. C’est à la mer, cette masse infinie d’eau, à la surface de laquelle éclate l’éclat, qu’elle revient constamment, ne reproduisant parfois sur croqueton que deux rectangles inégaux – la mer et le ciel. Il regarde les navires depuis longtemps: certains naviguent avec toutes les voiles, d’autres se figent sur les bas-fonds qui se lèvent après le reflux. Dans ces études, à de rares exceptions près, vous ne verrez pas de figures humaines, elles incarnent un monde de solitude totale. Un monde rayonnant de mélancolie et même quelque chose qui sonne comme une alarme.

Outre les croquetons, Sera a écrit au moins cinq tableaux à Grancan. Malgré la différence d’intrigue, ils exprimaient tous la même obsession, partout où l’artiste – peut-être inconsciemment – utilisait la même combinaison d’éléments, le même contraste entre les étendues de la mer et les détails au premier plan, agrandi grâce à leur proximité: ce sont soit des navires debout sur les bas-fonds, soit un mur et un buisson luxuriant, soit d’autres buissons et rues de Grancan, soit un monticule de terre s’élevant au-dessus de la mer.

Il a consacré tous ses efforts à développer un thème qu’il tente de refléter plus ou moins distinctement dans une peinture inspirée de la vue d’une falaise rocheuse aux environs de Grancan – Cape du Oak. Sa silhouette menaçante domine dans la perspective de la toile sur la mer, touchant l’horizon. La mer semble vaste. Une végétation luxuriante et erratique recouvre le rocher, devenant dans cette image un symbole de vie – contrairement à la rectitude de l’horizon, une mer sans fin visqueuse et calme, enchaînée par le silence.

Et dans ces nouvelles œuvres, Sera a perfectionné sa technique. Il a appliqué des taches de peinture pure sur la toile, chacune d’entre elles véhiculant l’une des composantes de la couleur visible des objets. Sur sa palette, onze couleurs se trouvent: trois primaires, trois supplémentaires et cinq intermédiaires. Le mélange de ces peintures avec du badigeon dans différentes proportions lui a permis d’obtenir les bonnes teintes de chacune d’entre elles. De plus, en suivant les instructions dessinées dans les livres de Chevrel et Ore, il a fait un cercle chromatique, à l’aide duquel il a rapidement trouvé des couleurs de nuances supplémentaires à différents tons.

“Avant de mettre un frottis sur une petite planche, Sera regarde, compare, plisse les yeux, évalue le rapport de l’ombre et de la lumière, reconnaît le contraste, note les réflexes, évoque depuis longtemps le couvercle de la boîte, qui remplace sa palette, combattant la matière comme il se bat avec la nature, puis il ramasse la pointe des peintures au pinceau disposées dans l’ordre du spectre solaire, recevant divers éléments de couleur qui composent la teinte qui doit exprimer au mieux le secret découvert par l’artiste. De l’observation à l’exécution, du coup de pinceau au coup de pinceau le colorant est enduit. ” .

L’exécution est longue, complexe, longue… En plus d’ignorer la sensualité de la main, ses trouvailles et caprices réussis, toutes ses impulsions passionnées. La main n’est rien d’autre qu’un interprète, soumise docilement à l’intellect. En définissant la peinture, Manet a dit: “œil, main” … Le soufre aurait le droit de dire: “œil, esprit” … Tout ce qui est instinctif, incontrôlable pour le soufre dans la peinture est nul. De plus, la masse de couleur elle-même, écrasée, utilisée par de minuscules particules, perd ses propriétés naturelles au profit d’une matière trop malléable, fragile et de courte durée.

Il est purifié, devient aussi abstrait qu’un signe mathématique, se transforme en moyen de servir l’esprit. Le soufre évite tout ce qui pourrait être associé à la sensualité dans l’attitude de l’artiste envers sa création. Mais l’horreur ne vit-elle pas dans son âme, causée par son appartenance au royaume organique, et, par conséquent, sujette à la décadence de la vie, bien que toujours ressuscitée, mais vouée à la mort? L’immuabilité minérale du Cap du Chêne, qui, révélant sa puissance rude, s’élève au-dessus de la mer, symbolisant le rêve de l’éternité…

De retour à Paris, Sera s’engage à revenir sur la côte atlantique l’été prochain. Il s’y rendra pour “se laver les yeux après un long travail en atelier et pour transmettre le plus fidèlement possible la lumière vivante avec toutes ses nuances”. Rester à Grancan a été extrêmement fructueux pour l’artiste. Il en a ramené le même équipement de précision qu’il utilisait bientôt dimanche à Grand Jatt Island et à Landscape. Reprenant le travail sur ces deux tableaux, il essaya pendant plusieurs mois de leur donner le look final.

En même temps, il a commencé une peinture intitulée “La Seine à Courbvois”, représentant une dame marchant avec un chien le long de la rivière.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)