Frise Beethoven, Wandgem – Gustav Klimt

Frise Beethoven, Wandgem   Gustav Klimt

La frise de Beethoven est l’une des œuvres les plus importantes du moderniste autrichien Gustav Klimt. L’œuvre est une fresque sur trois murs d’une longueur de 34 mètres. Il a une combinaison complexe de matériaux pigmentaires – dorure, peinture avec émail de verre, peinture à la caséine – et remplit l’espace entre l’architrave et la corniche. La frise se compose de plusieurs parties – gauche, centrale et droite.

Voici la scène de gauche – “Envie de bonheur”. La fresque regorge de personnifications des émotions et des actions humaines. Ainsi, un chevalier –

en or et à la peau dorée – apparemment bon, qui lutte toujours contre les forces des ténèbres et du mal, une jeune fille avec une couronne de laurier – sa victoire ou sa gloire, et une femme triste, triste et maigre – la compassion. Pourquoi l’auteur a-t-il décidé de combiner précisément ces émotions et la victoire? Pourquoi ne pas contacter directement le spectateur? Ici, disent-ils, le bonheur, et voici sa perte et, par conséquent, le désir de bonheur… Klimt a décidé de prendre le chemin difficile, permettant à l’imagination philistine de relier ses émotions et de concevoir à sa manière et la perte de calme, et le désir du monde, et en même temps, selon le bonheur passé. L’humanité faible sous le couvert de la Compassion est encore fumante d’espoir pour le bonheur que le chevalier d’or obtiendra dans une lutte difficile et les lauriers couronneront sa tête.

L’imagination de Gustav dessine des images non moins étranges, obsessionnelles, torturées, méchantes. Malgré la complexité de l’écriture et la technologie de la peinture sur verre, l’idée semble simple et gagnant-gagnant. Quoi de plus simple que de jouer sur les sentiments et les nerfs humains. Probablement, le maître n’a pas pensé si le contemplateur devinerait son puzzle ou non.

L’essentiel est que la fresque soit spectaculaire et totalement inestimable avec une décoration dorée et un glacis brillant. C’est tellement complexe, en fait, à quel point c’est simple dans l’empreinte artistique. Voici le chevalier, voici ses compagnons, un plus beau. Beau, cher, spectaculaire. Pour comprendre l’art de Klimt, il suffit de lire ses lignes sur lui-même: “… Qui veut savoir quelque chose sur moi… devrait considérer attentivement mes peintures…”. Ensuite, une conclusion demeure – Klimt – un génie qui est compréhensible pour beaucoup et personne en même temps.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)