Casier anthropomorphe – Salvador Dali

Casier anthropomorphe   Salvador Dali

La passerelle sombre est illuminée par les rayons qui traversent la rue. Là, dans l’arche, vous pouvez voir de hautes maisons de ville, une église d’architecture gothique. Les gens marchent le long de la rue. Ce sont des passants au hasard: une dame au chapeau avec un parapluie, un enfant, quelques autres personnages. Au premier plan de l’image se trouve une personne allongée. Ses cheveux sont empilés dans une coiffure en queue de cheval; une longue frange couvre son visage.

À en juger par les proportions du corps, il s’agit très probablement d’un homme. Le torse d’un homme est comme une

commode: il se compose de nombreux tiroirs. Toutes les boîtes sont ouvertes. Ils sont vides, un seul volet de tissu froissé est suspendu. La pose d’une personne est très expressive, elle voit clairement la souffrance. Il a été volé et jeté ici dans cette passerelle.

Une main est tendue vers la rue et les passants dans un geste de rejet. Un homme essaie de se protéger de la possible curiosité des autres. Il est nu, il est vaincu, il est désespéré. Le mot “vide” décrit parfaitement l’impression de l’image.

Les tiroirs sont un motif commun dans le travail de Dali. En règle générale, ils symbolisent les désirs cachés. Ici, toutes les boîtes sont grandes ouvertes, il n’y a rien en elles. Vous n’avez pas besoin d’être un critique d’art ou un connaisseur de symboles pour interpréter cette image. Devant nous se trouve un homme dans un moment de désespoir et de vide complet.

Le coin sombre et solitaire dans lequel il essaie de se cacher du monde extérieur – son refuge peu fiable – est peu susceptible de lui apporter la paix et le soulagement de la souffrance, est peu susceptible de le protéger de l’intérêt oiseux des autres. Les mains étrangères recherchent avidement les tiroirs déverrouillés. Le contenu du casier est dans le domaine public.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)