Barrage de Moulsey, près de Hampton Court – Alfred Sisley

Barrage de Moulsey, près de Hampton Court   Alfred Sisley

Le barrage de Moulsey, près de Hampton Court [1874] Sisley a toujours cherché à vivre près des rivières, de sorte que l’eau, qui semble être douloureusement amoureuse de l’artiste, est un élément indispensable de ses peintures. Même là où il n’est pas sous la forme habituelle de “réservoir”, il est toujours présent, se transformant en pluie ou en neige.

L’eau, avec sa variabilité, attirait généralement les impressionnistes, étant pour eux “l’équivalent” terrestre du ciel. Pour Monet, tout étang est devenu une source de scènes dramatiques, transformant ses toiles

en un élément orageux. L’eau à Sisley semble beaucoup plus calme et, pour ainsi dire, plus conviviale pour l’homme. Elle est animée par la présence d’un homme qui, en construisant des aqueducs, des aqueducs, des barrages, rend son existence “anoblie” et en fait un autre champ d’application de ses œuvres.

Pour illustrer ce qui précède, nous citons deux tableaux de Sisley – “Dam in Moulsey, near Hampton Court” et “Hay in Argentei”, 1872. L’image de l’eau dans les paysages marins peinte par Sisley à la fin de sa vie change quelque peu. Dans ces œuvres, il perd son calme éternel, agissant presque pour la première fois comme un romantique dépassé par les passions.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)