Autel – Ian Van Eyck

Autel   Ian Van Eyck

Dans la basilique romane, Marie est assise sur le trône avec le bébé tenant un ruban portant l’inscription ” Dicite a me, quia mitis sum et humilis carde “. L’aile gauche montre un donneur agenouillé représenté par l’archange Michel. À droite se trouve Sainte Catherine avec ses attributs une roue, une épée et un livre. Au revers des ailes dans la technique de la grisaille est écrite l’Annonciation, Marie et l’archange Gabriel sont montrés en même temps que des sculptures gothiques.

L’expressivité de la composition avec une très petite taille, la brillance précieuse des

couleurs, la plus belle performance des détails et des perspectives incroyables pour l’époque sont les critères de la qualité exceptionnelle du travail. L’image est remplie de contenu symbolique. Sur les chapiteaux des pilastres sont représentés la “chute” et “l’expulsion du paradis”, au-dessus des chapiteaux – les figures des apôtres.

La fine décoration en plastique du trône contient à gauche une image d’Abraham, prêt à sacrifier Isaac, et à droite, David et Goliath, sur les accoudoirs à gauche – la légende de Pélican, arrachant son cœur de sa poitrine pour nourrir ses bébés, à droite – un Phénix renaissant de ses cendres. Ainsi, l’œuvre comprend “La Chute”, la connexion du Christ avec le peuple et les allusions cachées à l’expiation en raison de la mort sacrificielle du Christ.

L’identité du client du tableau représenté sur l’ouvrant gauche n’a pas été établie. L’emblème de la famille génoise de Justiniani est placé sur le cadre de cette aile, en haut à droite. Au XVIIe siècle, ce petit autel faisait partie de la collection du roi Charles I d’Angleterre, comme l’indique le sceau sur la partie inférieure du cadre de l’aile droite. En 1696, le tableau figurait déjà dans le registre de la collection d’Everard Yabach à Paris.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)