Arlequin penchée – Pablo Picasso

Arlequin penchée   Pablo Picasso

La peinture “Arlequin décliné”, ou comme on l’appelle aussi “L’Arlequin maigre” a marqué le début de la période “bleue” dans l’œuvre de Pablo Picasso.

En 1901, l’artiste s’installe à Paris, où il rencontre sa bohème et des représentants de l’intelligentsia créatrice. Les idées de l’impressionnisme, du post-impressionnisme et du sentimentalisme, et A. Toulouse-Lautrec, E. Degas, P. Gauguin, ont eu une grande influence sur le travail de Picasso de cette période.

Dans ce travail, bien que vous puissiez saisir un soupçon de l’influence

des idées de l’impressionnisme, le style individuel du maître du pinceau de Picasso est clairement lu.

Le héros de l’image est un jeune homme vêtu d’un justaucorps à carreaux bleu, qui est assis à une table dans un café. Son visage est tellement épais de badigeon qui contraste fortement avec la couleur de ses mains. La couleur bleue, pour ainsi dire, illumine l’image de l’intérieur et accentue encore la blancheur du visage, du col et des poignets.

L’image de l’arlequin est mélancolique et réfléchie, ce qui est souligné par l’expression du visage et une pose spéciale. Le héros ressemble plutôt au triste Pierrot – un symbole d’amour malheureux non partagé.

Il y a une opinion que cette image était une sorte de réponse à la mort d’un ami de Picasso – Carlos Casagemas, avec qui l’artiste était très proche spirituellement et rêvait de conquérir le monde de l’art. Carlos s’est suicidé. La raison en était l’amour non partagé.

Aujourd’hui, la photo peut être vue au Metropolitan Museum of Art de New York, où le travail est suspendu dans le domaine public, et n’importe qui peut regarder dans les yeux tristes d’un arlequin.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)