Apôtre Jacques le Zébédée – El Greco

Apôtre Jacques le Zébédée   El Greco

L’apôtre Jacques, fils de Zébédée, fut l’un des premiers disciples appelés par Jésus. Comme son frère John, ainsi que Peter et Andrew, il était pêcheur. Les pages des Évangiles décrivent que Jacob était parmi les plus proches disciples du Seigneur. Il a accompagné le Christ sur le mont de la Transfiguration et dans le jardin de Gethsémani. Parmi tous les apôtres, il a été le premier à souffrir le martyre, et de plus, le seul mentionné dans la Bible est:

En Espagne, l’apôtre Jacques était particulièrement vénéré. Selon la légende, après sa mort, le corps a été mis dans un bateau et laissé

sur la mer. Le bateau a été cloué sur les rives de l’Espagne, l’étoile a indiqué l’emplacement des reliques de Saint-Jacques au moine ermite. Plus tard, la ville de Saint Jacques de Compostelle est apparue et une église a été érigée. Selon la légende, Jacob a prêché en Espagne, pour ce voyage depuis Israël. Sur la base de ce qui précède, l’apôtre Jacques est vénéré comme le saint patron de l’Espagne, ainsi que le saint patron des pèlerins. Traditionnellement, il était représenté avec un bâton dans les mains.

Il est à noter que généralement Jacob était représenté à l’image de l’Apôtre, un vieil homme chauve, à la barbe grise, strict ou à l’âge mûr, avec une barbe étroite. Habituellement, ses cheveux noirs ou bruns dans les peintures sont divisés en une seule séparation, comme dans les images de Jésus, des mèches encadrent le visage. Il était également représenté avec une épée, moins souvent un parchemin, dans ses mains. Dans les interprétations ultérieures, en particulier dans les images de groupe des apôtres, il se distingue par le personnel du pèlerin.

Dans les siècles suivants, l’apôtre Jacob a commencé à être représenté comme un pèlerin – avec un chapeau à larges bords, un manteau de route, avec un bâton et un sac. Un attribut spécial de Jacob était considéré comme une coquille fixée sur un chapeau, des vêtements ou un sac.

L’image de Jacob à l’image du guerrier de l’Église – un chevalier en armure étincelante, sur un cheval, dans un manteau flottant, était particulièrement populaire en Espagne. Sous les sabots du cheval, des ennemis tombés étaient représentés. Selon la légende, Jacob a aidé à plusieurs reprises les Espagnols dans les batailles avec les Maures, l’Ordre de Saint-James a été fondé.

Dans la peinture d’El Greco, nous trouvons une interprétation complètement différente de l’image de l’apôtre. Il ressemble plutôt à un hidalgo espagnol. L’artiste a représenté un jeune homme aux traits fins et allongés, aux doigts gracieux. Il semble qu’il ne soit pas vêtu d’une tunique informe, mais plutôt d’un costume élégant, caché dans l’obscurité et sous un manteau. La main gauche serre fermement le bâton, comme une lance. La position de la main droite est assez inhabituelle – la brosse traditionnelle pour El Greco avec le majeur et l’annulaire rapprochés est située horizontalement, paume vers le haut. Les plis arrondis du manteau sont à une certaine distance de la paume. Tout cela donne l’impression que dans sa paume est quelque chose d’invisible.

Les yeux de Jacob sont focalisés sur un certain point, probablement conçu pour qu’il regarde le Christ, dont une image était située au centre d’un groupe de peintures, entourée d’images d’étudiants. Une image pensive et douce d’un jeune apôtre apparaît devant le spectateur. Ce n’est pas un pauvre pêcheur provincial de Galilée, mais plutôt un aristocrate et intellectuel qui a rejoint un groupe d’étudiants afin d’entendre la Bonne Nouvelle de première main.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)