Venise – Mikhail Vrubel

Venise   Mikhail Vrubel

Derrière un carnaval bruyant plein de couleurs, de danses et de chansons, le maître a vu un certain vide et de la tristesse. Il suffit de jeter un coup d’œil fugitif sur la photo, quand il devient clair qu’aucune des personnes représentées sur la toile ne sourit. La ville, qui joue le rôle de fond, est comme une décoration volumineuse qui empêche les acteurs de jouer.

Les couleurs sont lourdes et sombres. Le public semble ressentir la chaleur, ralentissant l’action festive. Les participants semblent travailler dur, ce qu’ils ne peuvent refuser. Le maître a peint l’image non pas de la nature,

mais de mémoire, à l’aide de photographies. D’où l’extrême précision dans l’image du “pont des soupirs”, une telle précision est inhabituelle pour la peinture du maître. Elle rend le fond encore plus sans vie et sec.

La couleur de l’image est illogique à première vue. Certaines couleurs semblent “aléatoires”, violant l’harmonie de la gamme de couleurs. En fait, une telle approche lors du choix des couleurs ne fait que renforcer l’impression d’une atmosphère de carnaval lourde et complètement sombre.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)