Sirin et Alkonost. Une chanson de joie et de tristesse – V. M. Vasnetsov

Sirin et Alkonost. Une chanson de joie et de tristesse   V. M. Vasnetsov

Les symboles slaves traditionnels de joie et de tristesse étaient considérés comme deux oiseaux de paradis: Sirin et Alkonost. Les bestiaires orthodoxes des “seringues” disent qu’ils sont mi-humains, mi-oiseaux, bisexuels, chantant des chansons si douces que celui qui les entend perd la raison, entre dans la voix, ne remarquant pas le chemin, tombe dans l’eau et meurt. Selon une autre version: oublie sa vie, va dans le désert et, perdu à sa manière, meurt.

Syrins ou fourches – les esprits des sources d’eau qui peuvent voler. Par la suite, cette tribu dans le lubok russe se transforme en un

seul oiseau. Dans les légendes d’Europe occidentale, l’oiseau Sirin est considéré comme l’incarnation d’une âme malheureuse. Son nom est facilement corrélé avec les “sirènes” grecques, légendes qui pourraient être apportées à la Russie antique par un marchand qui marchait le long des rivières depuis Byzance et la Grèce elle-même. Les sirènes sont des beautés prédatrices avec la tête et le corps d’une belle femme et avec des pattes d’oiseau griffues. Ce sont les filles du seigneur des eaux douces Aheloy et l’une des muses. Ils ont hérité d’un caractère sauvage et diabolique de leur père, et d’une voix divine de leur mère. Avec leur chant magique, les sirènes ont attiré les marins sur leur île – ils ont fait naufrage des navires sur les récifs côtiers, et ils sont eux-mêmes morts dans les tourbillons ou dans les griffes des tentateurs.

À propos de l’Alkonost, dans la tradition orthodoxe, il est rapporté que c’est un oiseau qui pond ses œufs dans la mer profonde au milieu de l’hiver, et ces œufs sont HEUREUX – ils ne se gâtent pas et ne flottent pas dès que le moment est venu. Alkonost ne quitte pas les yeux de la surface de l’eau et attend l’ascension, il est donc très difficile de voler un œuf d’Alkonost. Si cela réussit, alors les gens accrochent un tel œuf sous le lustre de l’église, qui est un symbole de l’intégrité et de l’unité de toutes les personnes qui y viennent.

L’oiseau Alkonost est un exemple de miséricorde divine et de providence divine. Par conséquent, en ces sept jours où l’Alkonost cherche ses enfants, la mer est calme. De nos jours, les constructeurs navals apprécient et appellent Alkonostsky ou Alkionovymi. Le nom de famille vous permet de corréler l’origine d’Alkonost avec la légende grecque de la reine Alkion. Fille du dieu du vent Aeolus, épouse du tsar Keik, tsarine de Trakhina, Alkiona tente en vain de dissuader son mari d’un voyage de pèlerinage en mer vers le sanctuaire d’Apollon Klarosky en Asie Mineure. Keik tombe dans la tempête et meurt avec tous ses compagnons.

Depuis de nombreux mois, Alkiona attend son mari sur le rivage, où son cadavre est transporté. Après cela, Alkion monte vers la falaise et s’enfonce dans la mer. Les dieux ont eu pitié d’Alkion et l’eau n’a pas touché le corps féminin, mais les plumes de l’aile de l’aile du martin-pêcheur. Alkion et signifie martin-pêcheur. Cet oiseau porte des œufs et fait éclore des poussins en hiver, construit des nids au bord de la mer. Chanter Alkonost est joyeux alors qu’elle promet le paradis. En chantant Syrin, comme l’indiquent des sources médiévales, il est douloureux que Syrin aspire au paradis perdu, demande son retour au paradis. Dans la culture moderne, Sirin et Alkonost sont indissolubles, ce sont les symboles établis du chant lugubre et joyeux.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)