Siège de Pskov – Karl Bryullov

Siège de Pskov   Karl Bryullov

L’Académie impériale des arts, après avoir offert à Bryullov la direction de la classe historique, l’a élevé au rang de professeur junior. Pour obtenir le titre de professeur principal, il a dû écrire une grande image sur un sujet approuvé par l’Académie. Probablement, un membre honoraire de nombreuses académies européennes a été intrigué par une telle tournure des choses.

Mais, évidemment, Le dernier jour de Pompéi, écrit de sa propre initiative, n’était pas assez significatif pour recevoir le titre de professeur principal, sans parler du titre d’académicien, que d’ailleurs

Bryullov n’était jamais destiné à recevoir. Tel était le plus haut empereur Nicolas que je respecte. Jusqu’à sa mort, K. Bryullov ne terminera pas le grand tableau “Le siège de Pskov”, qui ne correspondait pas au cadre fixé par l’histoire de Karamzin. Le faux message de la composition la plus compliquée d’une immense toile, la pression, la garde – tout cela était détesté par le peintre.

En 1581, Bathory entreprit une campagne contre Pskov. En prenant Pskov, il s’attendait à forcer le gouvernement d’Ivan IV à accepter les dures conditions du monde, à donner à la Pologne les terres du nord-ouest de la Russie. Le bathory, évidemment, espérait une victoire facile, car il s’est déplacé à Pskov avec une armée relativement petite et une artillerie plutôt faible. Il savait que Moscou ne serait pas en mesure de fournir une aide significative au peuple Pskov.

À Pskov même, il y avait alors une garnison d’environ 4,5 mille soldats et environ 12 mille milices Posad. Toute la terre de Pskov se préparait à rencontrer l’ennemi. De nombreux paysans de Pskov ont quitté leur domicile et se sont rendus à Pskov ou à Opochka. Les habitants de la banlieue rouge, se rendant compte qu’ils ne pouvaient pas défendre leur petite forteresse, l’ont incendiée et se sont rendus à Pskov.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)