Satyre et la nymphe endormie – Jacopo Amigoni

Satyre et la nymphe endormie   Jacopo Amigoni

Les thèmes de la mythologie antique, racontant les aventures amoureuses des dieux, ont pris vie avec une vigueur renouvelée dans l’art du rococo européen, une direction saturée de l’esprit de l’érotisme et de l’hédonisme. Amigoni, de tous les maîtres vénitiens les plus étroitement associés à cette culture, fait référence à l’intrigue, empruntée à l’antiquité d’abord par la culture de la Renaissance, puis par l’art du XVIIIe siècle.

Dans la peinture vénitienne, le motif d’une figure féminine nue couchée se trouve déjà dans l’œuvre de Giovanni Bellini,

puis est à plusieurs reprises interprété dans diverses compositions de Giorgione, Palma l’Ancien, Titien.

La gravure d’Annibale Carracci représentant une nymphe endormie et une satire la regardant impudiquement était largement connue. Amigoni a répété à plusieurs reprises la pose une fois trouvée de Vénus couchée ou, comme dans ce cas, les nymphes dans les compositions de Vénus et Adonis, “Sleeping Venus and Putti” et dans l’image pour la même intrigue, tenue aux enchères Sotheby’s à Londres le 12 avril 1978.

Si nous supposons que Jupiter est représenté comme un satyre dans la toile de l’Hermitage, l’intrigue pourrait être interprétée comme Jupiter et Antiope “: quand il a vu la fille royale endormie Antiope, Jupiter sous l’apparence d’un satyre va la séduire. Amigoni était un interprète vivant de Rococo, et pas du tout l’épigone des Français Ce style s’est avéré absolument conforme à son propre talent: la manière douce de peindre avec un clair-obscur délicat, une coloration délicate et délicate a impressionné les clients aristocratiques qui voulaient ne pas voir la version antique de la pastorale une improvisation fantaisiste dans l’esprit de la poésie du siècle galant. ” La photo peut être datée des années 1730.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)