Saint Jérôme mène au monastère d’un lion – Vittorio Carpaccio

Saint Jérôme mène au monastère dun lion   Vittorio Carpaccio

Chaque image du cycle de Scuola di San Giorgio est plus indépendante, enfermée en soi que les peintures du cycle de Sainte-Ursule. Cela est principalement dû au fait que les peintures de Scuol di San Giorgio ne sont pas reliées par un seul récit. Le cycle se décompose en trois séries, l’une dédiée à Saint-Jérôme, l’autre à Saint-Georges et la troisième totalement éclectique. Le cycle de Saint-Jérôme se compose de trois tableaux de même taille.

Avec les peintures gospel, ils occupent tout le mur droit de la pièce. Évidemment, tous les trois – Saint Jérôme mène au monastère d’un lion,

“La mort de Saint Jérôme” et la vision de Saint Augustin “- ont été peints avant d’autres peintures du cycle. L’un d’eux a même la portée manuscrite de Carpaccio: 1502”.

Comme on peut le voir sur les croquis de composition survivants du maître, il s’est concentré sur l’arrière-plan. Il l’a élaboré dans tous ses détails au stade des ébauches préparatoires, tout en soulignant très schématiquement les personnages des dessins.

Peut-être que l’artiste n’était pas trop intéressé par les sujets proposés par la confrérie de Saint-Georges, et donc il a récupéré “sur le fond? Bien que, malgré cela, travaillant pour lui, il ait créé l’une de ses meilleures peintures, en concurrence avec le rêve de Sainte-Ursule” par la renommée. D’un autre côté, n’est-ce pas cette matérialité de la cellule du saint, n’est-ce pas cette habitabilité, “si fidèlement véhiculée par Carpaccio rend la Vision de saint Augustin” si attirante?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)