Prométhée enchaîné – Peter Rubens

Prométhée enchaîné   Peter Rubens

Les sujets mythologiques ont toujours intéressé le peintre Rubens. Par le pouvoir magique de la couleur et de la ligne, il a cherché à faire revivre l’histoire qui nous est venue sous forme de mythes, d’histoires respectées, mais dénuées de toute preuve scientifique. Ainsi, Rubens a revendiqué l’authenticité de ce qui s’est passé, créant sa preuve pittoresque, très réaliste et émotionnelle.

Prométhée est un titan qui a provoqué la colère de Zeus. Secrètement de la plus grande permission de Zeus, Prométhée a transmis le feu aux gens, pour lesquels il était condamné aux tourments éternels

– il était enchaîné à un rocher, où un aigle volait chaque jour pour picorer son foie. Le lendemain, la victime a développé un nouveau foie, et le tourment du malheureux Prométhée a recommencé.

Au moment où l’aigle picore le foie, Rubens dépeint le filigrane. Le spectateur ne voit pas le visage de Prométhée déformé par la douleur – l’aigle l’a recouvert d’une patte griffue. Cependant, par la façon dont ses muscles sont tendus, poussant sur un beau corps athlétique, il est facile de deviner ce que le titan vit. Nous voyons comment Prométhée veut esquiver le bec pointu qui fait mal, mais tous les efforts sont vains – les chaînes lui ont fermement lié les mains.

L’image entière est résolue dans des couleurs sombres – une abondance de noir, de brun foncé avec de rares aperçus de bleu produit un effet très émotionnel. Cependant, de telles pathétiques, une force puissante et une lutte se font sentir à travers la toile – le héros n’attend pas humblement son sort, qu’il sait, mais se bat sans relâche avec l’oiseau et sa punition. La peinture de Dorubensovskaya n’a jamais prétendu avoir des sentiments aussi puissants, gravitant davantage vers l’intimité dans les peintures profanes ou suivant strictement les canons académiques dans les toiles sur des sujets religieux.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)